RMC Sport

Boudjellal : "Montpellier boira peut-être le champagne au Stade de France"

-

- - AFP

Leader du Top 14 et de sa poule de Champions Cup, Toulon a réalisé une première partie de saison quasi parfaite. Avec le futur manager Diego Dominguez et le centre Ma’a Nonu dans la hotte, Mourad Boudjellal, le président du club varois, revient sur son mercato et la crise à Montpellier.

Les recrutements de Diego Dominguez et Ma'a Nonu

« Diego, c’était le choix de l’évidence quand je l’ai rencontré. Il prendra la suite de Bernard Laporte dans un an et demi. Pour l’instant, Bernard est là et bien là. Et je me suis dit que si Bernard changeait d’avis, ce ne sera pas un problème. Avec Diego, ils sont quasiment frères, ce choix me plaisait bien aussi pour ça. Et le recrutement de Ma'a Nonu, c’était aussi une évidence pour Toulon. On le visait depuis longtemps. Ça va être difficile de recruter de stars à l’avenir à cause des contraintes. A moins qu’on les détourne. Cette année, ça l’est un peu moins, car il y a 4-5 mois de salaire en moins avec la Coupe du monde, donc ça aide dans les budgets de tous les clubs. Mais je crois que, dans l’ensemble, on va tout de même essayer d’être plus fort l’année prochaine. Je ne sais pas si on y arrivera, mais c’est l’objectif. Donc on souhaite encore deux ou trois recrues et conforter quelques joueurs qui sont chez nous. »

La crise à Montpellier…

« Je vous rappelle qu’à Toulon, en janvier dernier, on était en dehors des six, on avait une crise terrible, on venait de se faire battre à la maison par Grenoble. Et on a fait le doublé derrière. Montpellier n’est pas sorti en championnat et si ça se trouve, le 13 juin prochain, Montpellier boira le champagne au Stade de France, en disant : "Heureusement, on a eu cette crise." Il ne faut pas du tout les enterrer. Il y a l’effectif qu’il faut, l’entraîneur qu’il faut avec Fabien Galthié pour largement emmerder tous les prétendants au titre de champion de France. »

… et l’arrivée de Jack White

« Je l’avais fait venir à Toulon il y a quelques années pour auditer mon club. Je pense que c’est un excellent choix. Chaque fois qu’il est passé quelque part, il a eu des résultats. Il m’avait épaté à l’époque. Il m’avait dit : "Il faut aller gagner les huit prochains matchs". Il était très sûr, persuasif alors que le match d’après était à Clermont. Moi je n’étais pas très rassuré. Il émanait de sa façon de parler une vraie énergie, telle qu’ont les grands entraîneurs, donc je pense que c’est un excellent choix. Reste après à gérer les choses avec Fabien Galthié. Ça c’est le problème de Mohamed Altrad mais je ne suis pas inquiet parce que je pense qu’il y a un très bon président à Montpellier. »

L’avenir de Fabien Galthié

« La problématique de Fabien Galthié est simple à mon sens. Je pense que l’équipe de France lui est promise, c’est ce qui se dit. Il a un très beau contrat à Montpellier, donc soit il s’en va maintenant, touche le chômage jusqu’à l’équipe de France et abandonne un très beau contrat. Soit il se fait licencier et touche l’intégralité de son très beau contrat. Donc il y a un choix économique qui est évident et il a raison. Le droit du travail est pour lui et je pense que Fabien Galthié en profitera. Après c’est aussi un peu facile de lui faire porter le chapeau intégralement. Ou alors quand Montpellier gagnait, c’était uniquement grâce à lui. Je pense que c’est un ensemble de choses. Aujourd’hui, il se trouve que c’est plus facile de se séparer d’un coach que des joueurs mais je pense que les problèmes de Montpellier sont collectifs et qu’ils ne sont pas définitifs. »

Le modèle de l’UBB

« Bordeaux est un club qui génère une économie, qui a un vrai projet. Il y a deux sortes de clubs dans le Top 14. Il y a des clubs qui veulent le gagner, d’autres qui veulent l’acheter. Bordeaux fait partie des clubs qui ont une économie pour gagner le Top 14, quand d’autres se disent : "On va essayer de se l’acheter, car ce n’est finalement pas très cher par rapport à mes moyens." »

la rédaction avec LD