RMC Sport

Boudjellal : « Une décision fascisante »

Mourad Boudjellal

Mourad Boudjellal - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Interrogé par RMC Sport, Mourad Boudjellal accable la Fédération après l’alourdissement de la sanction du manager du RCT, Bernard Laporte. Le président toulonnais a également confié son envie de voir Jonny Wilkinson poursuivre sa carrière l’an prochain.

Que va faire le RCT après la prolongation de la suspension de Bernard Laporte, jusqu'au 3 juin prochain ?

On va utiliser toutes les procédures possibles. L’appel au CNOSF notamment. Ce qu’il y a de plus choquant dans cette décision, c’est l’interdiction de communiquer de quelque manière que ce soit avec son staff technique. Qui a la légitimité pour interdire à des gens de parler avec d’autres personnes (la suspension de Laporte inclut toute forme de communication avec son staff, ndlr) ? Il faut avoir l’esprit un peu tordu, fascisant pour donner une telle interdiction, qui est difficilement applicable. Les gens pensent avoir le droit de prendre le portable de Bernard Laporte pour voir à qui il a téléphoné à la mi-temps. C’est impensable.

A la mi-temps contre Clermont, Bernard Laporte a enfreint la loi en appelant Sébastien Tillous-Borde (demi de mêlée du RCT)

Je demande à la Fédération d’attaquer Bernard Laporte et on va rigoler. On va voir jusqu’où porte cette décision. La Fédération s’acharne sur Bernard Laporte. Pourquoi elle ne le fait pas plutôt sur des gens qui ont déposé des clubs, qui sont en fuite et qui continuent de travailler pour la Fédération ? Pourquoi l’URSSAF ne bouge pas alors que la plupart des membres des comités directeurs vont vendre leur gratuité pour les matches de l’équipe de France à des voyagistes en récupérant six fois la valeur du billet, ce qui est un véritable avantage en nature. C’est cela qui me choque ?

... (Il enchaîne)

La Fédération a généré des dizaines de millions d’euros de bénéfices pendant la Coupe du monde, sans payer ses impôts et en employant des bénévoles. Il y a des festins organisés à la Fédération, avec une chambre louée pendant le Tournoi des VI Nations, alcool et nourriture à volonté, avec l’argent de la licence des enfants. Je suis choqué par tout ça. Ces gens à la Fédération ne sont plus les représentants de personne. Ils ne ressemblent à aucun joueur de rugby. Ils n’ont pas la même culture. Ils sont complètement largués. C’est Highlander qui l’a jugé. Comment peut-on après 52 ans, se dire je suis en phase avec le monde moderne ?

Vous ne les trouvez pas à la hauteur ?

Ils sont dépassés. Ils sont venus quand le rugby était amateur. Le rugby a énormément changé. Eux non. Ils n’accepteront jamais que le Top 14 ait quasiment pris plus de poids que le rugby fédéral, grâce à de nouveaux investisseurs. Ils se demandent comment conserver ce pouvoir. Ce pouvoir est leur seule forme de réussite sociale. Je ne pense pas qu’ils soient méchants, ils sont opportunistes et accrochés à leurs acquis. Ils en oublient la réalité du monde. Les mots ont un sens. Quand on interdit à quelqu’un de parler, de téléphoner, d’écrire, cela a un sens, dans une grande dictature. Même dans le contexte du sport, on ne peut pas retirer le sens aux mots. 

« Jonny ne sait pas »

Est-ce que les choses sont organisées pour permettre à Bernard Laporte de parler à son vestiaire ?

Nous sommes de l’autre côté de la table. Du côté de ceux qui font. Ceux qui font arrivent toujours à détourner non pas la loi, mais des mesures aussi fascisantes. L’interdiction n’est pas applicable. Ils n’aiment pas Bernard Laporte alors qu’il a ramené deux Grands Chelems. C’est une grande gueule. Il a réussi dans sa vie en devenant secrétaire d’Etat, ça ne leur a pas plu. Mais le temps joue pour nous. Le jour du Jugement arrivera.

Les médias anglais annoncent la fin de carrière de Jonny Wilkinson en fin de saison, qu'en est-il ?

La dernière fois que j'ai vu Jonny, il m'a dit qu'il était entre deux. Mais je peux vous dire que si Jonny plante deux essais samedi, il n'arrêtera pas. Ça va vraiment dépendre de sa fin de saison. Jonny est un garçon qui est affamé, qui a beaucoup d'envie, qui vit au présent, qui a décidé de ne pas se projeter sur l'avenir. Et si cette saison lui procure beaucoup de plaisir et qu'il estime qu'il n'a plus faim, il arrêtera. S’il sent qu'il a encore de l'appétit il continuera. Mais je pense que même Jonny ne sait pas. 

Vous ne pouvez pas le convaincre de continuer s'il n'en a pas envie ?

Mon souhait, c'est qu'il continue parce que je trouve qu'il en a encore dans le moteur. Mais après, c'est sa décision personnelle. On n'a pas le droit d'imposer à quelqu'un de continuer parce que le rugby est un sport qui est tellement violent, où il y a un véritable don de soi. C'est un choix de vie aussi, on ne peut pas l'imposer à quelqu'un et il faut aussi qu'il écoute son corps. Il a marqué un bel essai de 95m il y a quelques temps. Si Usain Bolt était derrière, il ne l'aurait pas marqué mais il a montré qu'il courrait encore un petit peu vite, qu'il n'était pas encore trop vieux. Il est encore précis quand il bute, il est encore le leader. On va attendre sa décision, il y a une place qui est réservée pour lui et après, on avisera. Jonny est un roi et il a le choix du roi. C'est Jonny de Toulon, c'est le roi à Toulon et on ne lui impose absolument rien parce qu'il le mérite.

A lire aussi :

>> Boudjellal voit Laporte à la FFR

>> Moscato : « Terrible pour Laporte »

>> Top 14 : Ce qu'il faut retenir de la 22e journée

La rédaction