RMC Sport

Bru : « Une forme d’urgence »

Yannick Bru

Yannick Bru - -

Dans le cadre des Etats généraux de la mêlée, organisés par le Midi Olympique en partenariat avec RMC, un grand débat autour de cette phase de jeu, sujette à caution depuis le début de la saison, a été organisé. Dans le Moscato Show, l’entraîneur des avants du XV de France, Yannick Bru, en a livré les principaux points.

Depuis le début de la saison la mêlée fermée est un point de discorde entre joueurs et arbitres du Top 14. Résultat des courses : des mêlées à répétition, des cartons jaunes à la pelle, un jeu toujours plus haché et des critiques nourries envers le corps arbitral. Les Etats généraux de la mêlée avaient donc pour but d’amener plus de transparence et de lisibilité dans ce secteur.

La mêlée : une question vraiment urgente ?

« C’est typiquement français, on en fait beaucoup, estime Yannick Bru. Pourtant il y a quelques améliorations dans le Top 14 sur les dernières rencontres. On a tendance à ne voir que ce qui ne va pas, alors qu’il y a beaucoup de choses qui fonctionnent. En revanche, il y a une forme d’urgence dans la mesure où certaines nations du Sud songent à édulcorer la mêlée, pour la rendre plus télévisuelle. Elles chercheraient à rendre le jeu plus fluide, à stopper cette hémorragie de mêlées écroulées. Il y a même certaines voix qui s’élèvent pour supprimer l’impact en mêlée, et ça a été débattu aujourd’hui ».

La contagion du Sud

« Les Australiens auraient tendance à vouloir supprimer l’impact. Encore plus grave, certains techniciens en France commencent à se montrer également partisans de cette suppression. Il y a un vrai travail d’échange, d’éducation et de débat à faire là-dessus pour que la mêlée reste fidèle à l’image que l’on en a, c'est-à-dire une épreuve d’affrontement, de combat, qui est un pilier de nos valeurs rugbystiques en France. Il y a eu un consensus sur certaines pistes à étudier qui permettront peut-être de faire avancer nos idées et de préserver l’attrait de la mêlée ».

Moscato Show