RMC Sport

Chabal : « J.-P. Elissalde, c’est pathétique »

-

- - -

Consultant dans le Moscato Show sur RMC entre 18h et 20h, Sébastien Chabal s'est exprimé sur toute l'actualité du rugby. Voici les meilleurs extraits.

Le « Barça du rugby » ?

« De par ses résultats, son niveau de jeu depuis très longtemps, le Stade Toulousain. C’est une institution. Mais le Barça a cette spécificité de la formation. Toulouse ne l’a pas. Je dirais que l’équivalent du Barça, c’est la Nouvelle-Zélande avec ses clubs. Ils ne laissent rentrer personne. Il n’y a que des Néo-Zélandais qui jouent. Ils ont cette identité. Et les joueurs qui ont le potentiel pour jouer avec les All Blacks ne partent pas avant d’avoir porté le maillot à la fougère. »

Wilkinson prolonge sa carrière

« Je l’ai vécu l’année dernière quand je me suis fait virer du Racing. J’ai passé trois mois compliqués, à me demander si je devais arrêter, si j’avais encore envie de jouer… Ce sont des moments très compliqués. Si tu ne connais pas Jonny Wilkinson, que tu lis qu’il a voulu savoir si ses coéquipiers étaient contents de poursuivre avec lui, tu te dis ‘‘il se prend pour qui ?’’, ‘‘c’est quoi cette arrogance’’. Mais quand tu le connais, tu te dis que ce mec est fabuleux. Il est exemplaire. Il donne tout pour son équipe. Il ne pense pas à lui mais au groupe. C’est une qualité énorme. »

L’inusable Servat

« C’est une histoire assez improbable. Il a montré ce week-end (contre le Racing, ndlr) qu’il pouvait encore jouer quelques matchs de haut niveau. Je ne sais pas ce que le Stade Toulousain a décidé. Ça avait créé des tensions il y a quelques mois. Je crois qu’il va encore être aligné quelques matchs jusqu’à la fin de la saison. Il avait arrêté de s’entraîner. Mais il a un physique assez incroyable. Moi qui l’ai côtoyé, c’est une drôle de bête, ‘‘la Bûche’’. »

Les aveux de Jean-Pierre Elissalde

« Déjà, les chiffres sur le dopage dans le rugby ont été sortis à la va-vite, sans aucune explication. Ils ont été mal compris par la majorité. J’ai été touché et surpris. Si on a envie de s’intéresser un peu à ça, ce qui a été mon cas, on se rend compte qu’il n’y a pas grand-chose. Il y a deux cas avérés dans des petites divisions. Et derrière, on entend Jean-Pierre Elissalde, qui est toujours là pour la ramener parce qu’il est toujours à contre-courant de tout le monde. Je trouve ça pitoyable, pathétique. Je me demande si on ne lui a pas filé des ronds pour qu’il ouvre sa gueule. Je suis désolé pour Jean-Baptiste, son fils, que j’apprécie, de dire ça. Je le regarde des fois dans une émission de rugby. Il est souvent à contre-courant de tout le monde en disant n’importe quoi. Là, c’est le pompon. Il ne grandit pas notre sport. Je trouve ça grave et pathétique. »

A lire aussi :

- Wilkinson : « Le pire, c’est de faire l’année de trop »

- Dopage : la confession de J.-P. Elissalde

- Toulouse arrête le Racing