RMC Sport

Chabal: "Les joueurs du Stade Français ont gagné la première mi-temps"

Sébastien Chabal

Sébastien Chabal - -

Membre de la Dream Team RMC Sport, Sébastien Chabal n’est pas surpris par l’échec du projet de fusion entre le Racing et le Stade Français. Mais pour l’ancien international, la situation du club parisien reste alarmante.

Sébastien Chabal, avez-vous compris ce projet de fusion annoncé puis annulé en l’espace d’une semaine ?

Aujourd’hui, un club de rugby est une entreprise. Les deux présidents du Racing (Jacky Lorenzetti) et du Stade Français (Thomas Savare) sont des capitaines d’industrie. A la fin de l’année, il faut que le bilan soit équilibré pour que l’entreprise continue à avancer. En France, il y a souvent des mécènes qui rebouchent les trous des clubs en fin de saison. Apparemment, Thomas Savare n’avait plus envie de porter ce club. Il a imaginé un nouveau modèle avec la fusion, qui ressemblait plus à une acquisition du Stade Français par le Racing qu’à une fusion.

A voir aussi >> Racing: pas de fusion avec le Stade Français !

C’est la résistance au sein du Stade Français qui a causé l’échec de ce projet…

Je ne suis pas sûr que cela ait été mieux préparé du côté du Racing que du Stade Français. Le Racing était en position de force dans cette fusion parce qu’il a préparé son avenir avec l’arrivée de l’Arena en fin d’année. Le Stade Français et son président étaient en demande. Clairement, ce club allait disparaître. Les 130 ans du Stade Français allaient disparaître dans cette fusion. Et ça aurait été malheureux.

A voir aussi >> Stade Français : la fusion n’avait "aucun sens dans le combat" selon Savare

Quel va être l’avenir du Stade Français ?

Aujourd’hui, les joueurs ont préservé l’identité du Stade Français. Mais ils n’ont pas encore sauvé ce club. L’identité restera celle du Stade Français, mais qu’adviendra-t-il de ce club demain ? C’est la grande interrogation. Trouver un investisseur ou un mécène prêt à poser 7 ou 8 millions d’euros par an, à fonds perdus, c’est très compliqué. Les joueurs du Stade Français ont gagné la première mi-temps. Ce club doit jouer une deuxième mi-temps compliquée s’il veut survivre.

Quelles seront les conséquences de ce projet avorté ?

C’était un gros chantier. On voit que rien n’avait été préparé. Ça nous montre en tout cas dans quel état est le Stade Français. Tout le monde savait que Thomas Savare bouchait les trous à la fin de l’année. On ne se rendait peut-être pas compte de l’ampleur des dégâts. Aujourd’hui, on voit que le Stade Français est au plus mal. J’espère que le Stade Français va se sauver.

LP