RMC Sport

Champion des champions du Top 14: Biarritz 2006

Biarritz 2006

Biarritz 2006 - ICON SPORT

RMC Sport Vous propose de participer à l'élection du champion des champions du Top 14. Pour se rafraîchir la mémoire, retour sur Biarritz 2006.

Le Biarritz Olympique terminé leader de la phase régulière du premier Top 14 avec 90 points (19 victoires, 7 défaites).

Demi-finale : victoire 12-9 face à l’USA Perpignan au Stade de la Mosson de Montpellier

Finale : victoire 40-13 face au Stade Toulousain au Stade de France

Biarritz Olympique : 5 essais Gobelet, Bobo, Traille, August, Harinordoquy; 3 transformations Yachvili; 3 pénalités Yachvili

Stade Toulousain : 1 essai, Lamboley; 1 transformation Elissalde; 1 pénalité Elissalde; 1 drop Michalak

L’équipe :

Biarritz : Brusque - Gobelet, Bidabé, Traille, Bobo - (o) Peyrelongue, (m) Yachvili - Dusautoir, Harinordoquy, Betsen - Olibeau, Thion - Lecouls, August (cap), Balan

Remplaçants : Dupuy, Aramburu, Johnston, Noirot, Couzinet, Lièvremont, Dambielle

Ent. : Lagisquet, Delmas

La saison : La première saison de l’histoire du Top 14 est bien née : malgré deux clubs en moins, les records d’essais, de points inscrits, de spectateurs dans les gradins sont battus. C’est l’apogée des délocalisations dans les grands stades, Stade Français – Biarritz établit la nouvelle marque d’un match de saison régulière avec 79 604 spectateurs au stade de France lors de la 17e journée. Le promu Toulon par contre n’est pas à la fête : un calvaire pour le champion de France de Pro D2 battu 23 fois en 26 rencontres. La Section Paloise ne réitérera pas son miracle de la saison précédente et les relégués laisseront la place à Montauban et Albi. Biarritz et le Stade Français ont un parcours similaire, invincibles à domicile et s’imposant 6 fois à l’extérieur. Malgré ce feu d’artifice de la saison régulière, les demi-finales sont décevantes : pas d’essai inscrit pour la victoire de Biarritz contre Perpignan et pour le succès de Toulouse contre Paris, les deux demis s’achevant sur le même score chiche, 12-9. Mais Biarritz qui a bien digéré sa frustrante défaite en finale de la Champions Cup à Cardiff contre le Munster va redonner du lustre à ces phases finales du premier Top 14 de l’histoire.

La finale : Cette première finale, c’est un peu l’histoire de l’arroseur arrosé. Comprenez la meilleure attaque, celle du Stade Toulousain ne va inscrire qu’un seul essai et en encaisser cinq de la part de la meilleure défense, celle du Biarritz Olympique. Le premier acte va être tendu, serré, crispé, une histoire de buteurs entre le Biarrot Yachvili qui inscrit trois pénalités contre une marquée par Elissalde plus un drop de Michalak pour Toulouse. La présence de 26 internationaux sur 30 possible au moment du coup d’envoi donne une idée de la tenue des débats avec des duels somptueux dans toutes lignes. Pourtant, le Stade Toulousain qui aura dominé territorialement et partagé la possession en première période a utilisé le jeu au pied deux fois plus que le Biarritz Olympique, faisant souvent briller l’impeccable Brusque sous les chandelles. Des Basques qui décident de jouer la majorité des ballons en seconde période et qui vont faire exploser la défense toulousaine trois fois en dix minutes : Traille pour Gobelet et le premier break (16-6, 47e), bijou de 80 mètres initié par Brusque qui relance et passe au pied pour Bobo dans l’en-but (23-6, 50e) et Traille d’un simple crochet qui file sous les poteaux (30-6, 60e). Le chemin de croix toulousain durera encore 20 minutes, à peine adouci par l’essai de Lamboley (67e) mais ponctué des essais du bonheur biarrot par le capitaine August – qui collectionne un 4e bouclier consécutif - et Harinordoquy.

Coupe d’Europe : éliminé en finale de la Champions Cup 23-19 par le Munster au Millenium Stadium de Cardiff

Laurent Depret