RMC Sport

D.Camara : "On fera tout pour garder ce titre"

Formé au Stade Français, Djibril Camara a réalisé son rêve de devenir champion de France avec son club de toujours, samedi. L’ailier de bientôt 26 ans (le 22 juin) ne descend pas de son nuage et doit se pincer pour croire à cet exploit.

Djibril Camara, quelle est la recette qui a fait votre force cette saison ?

On est une bonne bande de potes qui s’entend très bien et qui s’aime. Quand on est sur le terrain, on essaye de tout donner pour les autres. Ça a marché cette année, j’espère que les prochaines années, ça va marcher aussi. C’est un rêve qu’on avait avec la génération 1989 : Slimani, Flanquart, Bonneval, Plisson. Ce sont des choses qu’on se disait quand on était jeunes et qu’on jouait avec les Espoirs. C’est juste énorme.

Réalisez-vous l’exploit accompli alors que personne ne vous attendait là ?

Non, on ne peut pas réaliser. Je pense qu’on réalisera quand on reprendra les entrainements pour la saison prochaine. Mais pour l’instant, on est encore dans notre rêve. On se disait : « Pourquoi ne pas être champion ? ». Mais on ne pensait pas qu’on le serait véritablement. On va s’en rendre compte l’année prochaine quand on aura le maillot avec marqué dessus « champions de France ». Là, on se rendra compte qu’on a fait quelque chose d’énorme et qu’il faut tout faire pour garder ce titre.

Est-ce le début d’une nouvelle ère pour le Stade Français ?

Je ne peux pas dire qu’on va régner sur le rugby parce que ça serait être prétentieux. Mais on fera tout pour essayer de garder ce titre. On essaye de jouer au rugby pour gagner et on fera tout pour gagner. Être champion tous les ans, c’est pratiquement impossible, mais on fera en sorte de faire plaisir au public et de remporter le plus de matchs possible pour redevenir champion. Ce Bouclier, on va le savourer jusqu’au bout en pensant que ce sera aussi compliqué la saison prochaine. Il faudra qu’on élève le niveau parce que ce sera marqué champion de France sur nos maillots.

Comment s’est passée la soirée ?

C’est une soirée de champion. On a passé une belle soirée, on a fait la fête comme il se devait même si, pour la plupart, on ne réalise pas qu’on est champion de France parce qu’on revient de très, très loin. Ça faisait huit ans qu’on attendait ça. C’est vrai que la soirée était vraiment pas mal.