RMC Sport

Jauzion : « Ce n’est pas simple de rebondir »

-

- - -

Pour la première fois, le centre toulousain évoque l’humiliation du Flaminio et sa mise à l’écart par Marc Liévremont. Entretien vérité.

Yannick Jauzion, est-ce difficile de rebondir après l’énorme claque subie en Italie ?

Ce n’est pas simple. Et ce serait vous mentir que de dire le contraire. Mais ce qui est intéressant à Toulouse, c’est qu’on a des objectifs très élevés. On peut vite se changer les idées et se concentrer de nouveau sur des matches intéressants. Ce serait différent dans un club de bas de tableau.

Le sélectionneur doit annoncer sa liste des joueurs pour la Coupe du monde le 11 mai. D’ici-là, il reste beaucoup de matches pour se faire voir…

Il faut se préparer avec le club sans penser à la sélection. Ce serait un peut ridicule de faire le contraire. On se concentre maintenant avec nos objectifs. Si cela doit venir tant mieux, ce sera la cerise sur le gâteau. Il ne faut pas se focaliser que sur ça.

Cela ne vous est pas arrivé souvent d’être mis à l’écart de cette façon en équipe de France ?

Il fallait que des joueurs partent. C’est normal puisque l’équipe de France a balbutié son rugby. C’était un sentiment de frustration. Cette semaine, il n’y avait pas de match avec le club. Ça fait du bien d’oublier tout ça, de se reposer et de revenir plus performant.

Quel regard portez-vous sur vos prestations avec les Bleus ?

Les dernières n’étaient pas les plus abouties. J’ai pris du plaisir en Irlande et en Angleterre. Après en Italie, on s’en veut tout un petit peu et moi aussi.

On n’a pas l’impression de voir le même Jauzion en équipe de France et avec Toulouse…

Il n’y a pas de différence avec l’équipe de France et avec le club. Il y a des matches où ça va moins bien. Comme en Italie. Mais depuis le Grand Chelem, les résultats sont en dents de scie. Il faut plus de régularité.

La porte reste-t-elle ouverte pour la Coupe du monde ?

J’imagine. Pour pas mal de monde et pour moi aussi. Après c’est le choix des entraîneurs. Nous on s’attache à bien jouer et à prendre du plaisir.

Cette semaine, le Racing est au menu. C’est l’invité surprise de la saison…

Ils sont sur leur lancée de l’an dernier où ils ont fait bonne figure. On les connaît, il n’y plus de surprise. Ce sont des joueurs que l’on respecte et de haut niveau. Ce sera un match difficile. C’est une équipe qui s’est armée avec de la rigueur. Pierre Berbizier prône cette rigueur. On a le sentiment que ses joueurs adhèrent à ce projet.

Recueilli par W.T. à Toulouse