RMC Sport

La demie des patrons

Toulouse et Paris se sont croisés quatre fois en demi-finale : avantage pour les Roses avec trois victoires.

Toulouse et Paris se sont croisés quatre fois en demi-finale : avantage pour les Roses avec trois victoires. - -

Pour cette seconde demi-finale du Top14, Toulouse, vice-champion d’Europe, part favori. Mais Paris, avec cinq titres en dix saisons, aime les matches couperet.

Stade Toulousain

Fabien Pelous (2e ligne) sur les statistiques qui accordent au Stade Français trois victoires sur quatre en demi-finale contre le Stade Toulousain : « Les statistiques ne sont que des statistiques, on ne s’en préoccupe pas. On a fait une belle saison, on a été performant tout au long, et si on sortait en demi-finale, ça ne reflèterait pas notre niveau de performance actuel. »

Jean-Baptiste Elissalde (demi de mêlée) sur le marathon de cette saison de Coupe du monde : « La saison est longue, on ne va pas se mentir ; Il n’y a qu’à voir le nombre de straps derrière les épaules, les chevilles. On ne va pas récupérer des blessés, comme Cédric (Heymans), sinon il va être vite explosé. C’est délicat à gérer, on s’est remis difficilement de la défaite en Coupe d’Europe, j’espère qu’elle est oubliée, et qu’on se servira des erreurs commises à ce match là pour ne pas les renouveler. Avec Paris, c’est 50 – 50, et ce n’est pas forcément le meilleur, le plus ambitieux qui gagne. »

Guy Novès sur la mise au vert des joueurs : « J’estimais qu’après 15 demi-finales en championnat et 8 en Coupe d’Europe, il fallait changer les habitudes si ça devait être la dernière semaine que l’on devait passer cette saison, autant la passer à Cap Breton pour surprendre les joueurs, resserrer les énergies, se concentrer. On ne l’a jamais fait. Si on gagne, on dira qu’on a été très intelligent, si on perd, on dira qu’on aurait dû rester à la maison. »

Stade Français

Fabrice Landreau (entraineur des avants) sur le capitanat de Sylvain Marconnet : « Sylvain a vécu de grosses galères avec son retour de blessure, c’est le joueur qui était le relais de David Auradou avant son départ, et c’est un gars qui est exemplaire sur le terrain. Il saura mener ses troupes. Quel plus bel exemple que Sylvain pour emmener ses joueurs défier le Stade Toulousain ? »

Dimitri Szarzewski (talonneur) sur les Toulousains : « On sait que ça va être un match très engagé, avec beaucoup d’intensité, on se connaît par cœur avec les Toulousains. On va faire tout ce qui est en notre pouvoir pour passer. »

Max Guazzini (président) sur le premier titre : « Celui de 1997 nous tient le plus à cœur parce que c’était le titre du renouveau, du retour parmi l'élite. C’est comme un premier amour, c’est inoubliable. A l’époque, tout le monde se disait que c’était un accident, une erreur ; les gens trouvaient ça incongru. Après, il y en a eu cinq et on est toujours là. »

La rédaction