RMC Sport

La mise au point de Guazzini

Max Guazzini

Max Guazzini - -

Face aux informations évoquant son départ et la vente majoritaire de ses actions, le président du Stade Français clarifie la situation.

Max Guazzini est en colère. Agacé par les informations – relayées par le Midi Olympique – faisant état d’un désengagement de sa part sous la forme d’une vente de la majorité de ses actions, le président du Stade Français a tenu à mettre les choses au point ce lundi. « J’apprends dans les journaux que je suis actionnaire minoritaire, que j’ai vendu le club… Mais comment on peut dire des choses pareilles ? C’est très grave. Le pire, c’est qu’on est obligé de démentir tout ça. » Après ce démenti cinglant, le dirigeant parisien a tout de même confirmé que le Stade Français, qui s’apprête à remplir pour la vingtième fois le Stade de France en accueillant Clermont samedi prochain, cherchait à ouvrir son capital.

« On a besoin de se renforcer »

« J’ai dit depuis 2005 qu’on devait ouvrir le capital pour garantir l’avenir du club. Ce n’est pas nouveau, explique-t-il. On l’a ouvert et on va continuer. Qu’on nous laisse tranquille. On a besoin de se renforcer. Mais ça ne veut pas dire qu’on s’en va. Je crois que certains prennent leurs désirs pour des réalités. » En clair, dans les semaines qui viennent, le club va accueillir - selon nos sources – de nouveaux investisseurs.

Mais Guazzini ne partira pas pour autant. Une évolution liée à la mise sous surveillance de la DNACG (le gendarme financier du rugby français) ? « Ça n’a aucun rapport, assure Guazzini. Une douzaine de clubs vont voir la DNACG régulièrement. On en fait partie. Le club a simplement besoin d’air frais. On doit avoir les épaules un peu plus solides. C’est fait dans ce sens là. » A la peine depuis trois ans, tant sportivement que financièrement, le Stade Français, qui court après un titre depuis quatre ans, n’a plus de temps à perdre.

Alexandre Jaquin avec LD et JR