RMC Sport

Le miracle Caucaunibuca

Rupeni Caucaunibuca est redevenu un ailier de top niveau à Toulouse.

Rupeni Caucaunibuca est redevenu un ailier de top niveau à Toulouse. - -

Banni d’Agen en début de saison à cause de ses frasques et de son hygiène de vie, l’ailier fidjien a rebondi à Toulouse où il sera titulaire ce samedi (20h45), à Saint-Denis, en finale du Top 14 Orange face à Montpellier. Le pari de Novès s’est révélé gagnant !

Les défenseurs craignent ses accélérations brutes de force. Ses dirigeants ont plus peur de ses vacances à rallonge. Rupeni Caucaunibuca a été fabriqué dans un moule unique. A son meilleur niveau, difficile de trouver talent équivalent. Double marqueur d’essai face à Clermont, en demi-finale, Caucaunibuca est le pari gagnant de la saison toulousaine. Un joueur banni d’Agen pour cause de surpoids (130 kilos) et d’arrivée très tardive en début de saison mais récupéré en octobre par un Guy Novès qui a cru en son retour. « Il y a un petit moment que le pari est gagné », indique le manager de Toulouse.

Pour redevenir Rup’s le dynamiteur, Caucaunibuca a travaillé dur « sur le terrain comme dans la tête ». Quatre mois à souffrir dans des séances physiques individuelles, même quand ses partenaires profitaient de la trêve internationale. A fondre pour perdre une grosse douzaine de kilos et retrouver la vivacité qui en avait fait le meilleur marqueur d’essais du Top 14 Orange en 2005 et 2006. Une perte de son embonpoint couplée à un indispensable changement d’attitude.

« J’ai prié Dieu »

« On s’est rendu compte que tout ce qui avait été dit était assez faux, explique Vincent Clerc. C’est vraiment un type génial. Il a fait beaucoup d’efforts pour s’intégrer. » Ses repos au pays, à Noël et en mars, ont fini de convaincre. Car Rup’s est toujours revenu à l’heure. Conscient de l’opportunité offerte. « J’ai prié Dieu pour venir ici, raconte-t-il en exclusivité pour RMC Sport. Des petits clubs n’ont pas voulu de moi et m’ont dégagé mais un des plus gros d’Europe m’a choisi. »

Cinq essais plus tard, le monstre est de retour. « C’est un des meilleurs ailiers du monde, affirme Clerc. Il a cette capacité à franchir et à marquer un essai tout seul. » Et Jean Bouilhou, troisième ligne, de percer le mystère : « Il a ce petit grain de folie des Fidjiens qui fait qu’il peut surprendre l’adversaire et même ses coéquipiers. Il doit faire 115 kilos mais il est ultra souple. Ces deux qualités et sa vitesse en font un joueur atypique. »

Capable d’aller à l’essai à la sirène face à Clermont alors qu’il n’a plus qu’à balancer le cuir en touche. Et qui va poser de gros soucis à Montpellier, contre qui il sera titulaire en finale. « Vous allez voir le vrai Rup’s. Je veux montrer aux gens que je vais être l’homme à regarder. Je n’ai pas de pression. Je dois me relaxer et m’approprier le match, le dominer. » Le premier Bouclier de Brennus de Caucaunibuca est à ce prix.

A. H. (avec Wilfried Templier, à Toulouse)