RMC Sport

Le Racing sur un volcan

Pierre Berbizier et Jacky Lorenzetti

Pierre Berbizier et Jacky Lorenzetti - -

Empêtré dans une lutte entre joueurs et staff, le Racing s’est fait balayer par des Clermontois en fusion (31-13), ce samedi. De quoi creuser un peu plus le fossé entre Pierre Berbizier et son groupe qui se réuniront lundi.

Rien ne va plus au Racing. Après une semaine agitée par la fronde des joueurs contre une partie du staff (Pierre Berbizier, entraîneur, et Pascal Valentini, préparateur physique, en premier lieu), jeudi, le club francilien a reçu une leçon de réalisme sur la pelouse gelée de Clermont (31-13), samedi. L’unité (de façade ?) affichée avant le début du match - avec le président Jacky Lorenzetti présent à la descente du bus des joueurs et sur le bord du terrain pendant l’échauffement – a volé en éclat seulement… une minute après le coup d’envoi. La tête trop en coulisses, les Racingmen, qui n’ont pas digéré l’éviction de Sébastien Chabal la semaine dernière, ont ouvert une première faille pour le jeune Jean-Marcellin Buttin, révélation de ce Top 14 avec un sixième essai à la clé. A la mi-temps, l’ASM avait scellé le sort d’une rencontre dans laquelle les Ciel et Blanc ne sont jamais rentrés (21-3 et trois essais à la clé).

« On est très déçus parce qu’on voulait prouver qu’on était un groupe soudé, se désespère l’ailier Julien Saubade. On ne sait pas trop comment s’en sortir. Heureusement qu’on s’entend bien dans le groupe. On a quelques problèmes qu’on a revendiqués auprès président. La balle est dans son camp. » Ce dernier a salué ses troupes à la fin du match. Avant de prendre rendez-vous avec le staff, dimanche, pour faire le point sur les revendications des joueurs qui n’ont pas souhaité étaler leurs reproches à l’encontre de Pierre Berbizier.

Berbizier : « Un travail de cinq ans a été mis à mal »

« Cette semaine a été compliquée, reconnait Lorenzetti. Quelque chose ne fonctionne pas comme cela devrait l’être au regard des talents individuels qu’il y a dans cette équipe. On va travailler ce soir et demain avec Pierre pour trouver des solutions. » Président et membres du staff retrouveront ensuite les joueurs, lundi, pour des explications très attendues. « Personne n’est en marge, on est tous ensemble, assure le troisième ligne Rémy Vaquin. On a parlé. On en saura beaucoup plus lundi. C’est pour faire avancer le club, ce n’est pas contre le staff ni qui que ce soit. »

Septième du Top 14 après ce quatrième match consécutif sans victoire, le Racing doit vite régler ses problèmes. L’essai pour l’honneur de Francois Steyn en fin de match a prouvé que le groupe n’avait pas totalement lâché son entraîneur. « Il faudra s’appuyer sur cette attitude et sur cet état d’esprit pour évacuer ce que l’on vient de vivre, approuve Pierre Berbizier, amer. Un travail de cinq ans a été mis à mal. La confiance se construit peu à peu et elle se détruit très vite. A nous de reconstruire. »

Le titre de l'encadré ici

Toulon suit le rythme, Bayonne sort de la zone rouge|||

Alors que Toulouse et Clermont mènent un train d’enfer aux deux premières places du championnat, Toulon suit la cadence derrière. Le RCT, avec Bakkies Botha titulaire pour la première fois, a surclassé Bordeaux-Bègles (44-7) grâce à cinq essais de Van Niekerk (19e), Tillous-Borde (37e), Roberts (70e, 73e) et Rooney (79e) qui offrent le point de bonus offensif. Les hommes de Bernard Laporte signent une troisième victoire consécutive et confortent leur 3e place avec 13 points d’avance sur la 7e place (première non qualificative). En bas de classement, Bayonne a aussi réalisé une très bonne opération en s’imposant face au Stade Français (26-20). Grâce à ce succès, les Basques mettent fin à une série de cinq matches sans victoire et sortent de la zone rouge dans laquelle retombe Biarritz. Lyon, dont le match face à Brive a été reporté au 24 février, est lanterne rouge.