RMC Sport

Le rugby français veut protéger ses joueurs

-

- - -

Afin d’écarter tout risque de commotion cérébrale, la commission médicale de la Ligue Nationale de Rugby lance un nouveau protocole ce week-end qui ira de l’interruption momentanée de jeu à la règle des 21 jours d’arrêt.

La 5e journée du Top 14 le week-end prochain verra l'entrée en lice du nouveau règlement concernant la suspicion de commotion cérébrale. Du coup, la règle des 21 jours d'arrêt pour KO actuellement en vigueur va évoluer.

Sur décision de l'arbitre ou du médecin du club, le joueur dont on suspecte un KO devra sortir 5 minutes le temps de répondre à un protocole comportant 21 questions allant de : « Quel est le nom du stade dans lequel vous vous trouvez ? » à « Quelle équipe a marqué les derniers points ? » ou encore « Quel est le score du match de la journée précédente que vous avez disputée ? ». Sans oublier le décryptage des éléments cliniques de diagnostic, à savoir la perte de connaissance, les troubles de la vue ou de l'équilibre. En fonction des réponses, le joueur pourra ou non reprendre le jeu après les 5 minutes réglementaires.

48 heures à 21 jours d’arrêt de travail

Dans tous les cas, le joueur devra passer devant un neurologue référent (40 ont été formés) 48 heures après, au plus tard. C'est seulement en fonction de cette dernière visite médicale chez le spécialiste que le joueur sera arrêté 48 heures, une semaine, deux semaines ou plus. En cas d'absence ou de carence de référent, la règle des 21 jours d'arrêt pour KO restera de mise.

Ce protocole, qui a été testé avec succès lors du Mondial des moins de 20 ans au printemps dernier, sera mis en application jusqu'à la fin de la saison pour évaluation finale et une possible extension pour les saisons à venir. Dans un souci de pédagogie, la commission médicale de la LNR a même réalisé un film à destination des arbitres : http://www.youtube.com/watch?v=sruBhHalJmY&feature=youtu.be