RMC Sport

Le Stade Français n’arrivera pas les mains vides

-

- - -

La DNACG pourrait prononcer ce lundi la relégation du Stade Français en Pro D2 ou Fédérale 1 en raison de son déficit de 6,5M€. A moins que le plan de sauvetage que présenteront Max Guazzini et Bernard Laporte rassure le gendarme financier du rugby.

Ils ne rendront pas feuille blanche à leur examen le plus important de ces dernières années. Ce lundi, à Marcoussis, le Stade Français exposera un plan de sauvetage à la Direction Nationale d’Aide et de Contrôle de Gestion (DNACG). Max Guazzini, le président du club parisien, et Bernard Laporte, l’administrateur, ont réussi ces dernières heures à réunir assez d’éléments pour tenter de rassurer le gendarme financier du rugby. Ils ne se présenteront donc pas les mains vides à l’heure de plaider la cause du deuxième club le plus titré de l’histoire du championnat de France (13). Mais ils n’avaient ce dimanche soir aucune certitude sur la possibilité que la DNACG valide ce plan.

Car la semaine dernière, la DNACG a durci sa position. Elle ne demande plus uniquement un apport de 6,5M€, le montant du déficit actuel du Stade Français. Dans l’idéal, il faudrait que le club parisien avance 12M€ pour que les experts jugent viable le projet de sauvetage et qu’ils estiment que le Stade Français a les moyens de vivre une saison 2011-2012 saine. Une somme qui correspond très exactement à la solution que pensait avoir trouvé Bernard Laporte le 31 mai. Mais derrière la FACEM, une fondation canadienne contre l’enfance maltraitée, se cachait une arnaque. Après avoir porté plainte, le club parisien a donc alerté tous ses réseaux ces derniers jours.

En cas de rejet, la possibilité de faire appel

Qu’elles soient réunies au sein d’un pool d’investisseurs mené par l’ancien troisième ligne Richard Pool-Jones, ou plus indépendantes, toutes les bonnes volontés étaient les bienvenues. « La solidarité est l’une des valeurs du rugby, rappelle Thomas Lombard, quadruple champion de France avec le Stade Français (1998, 2000, 2003, 2004). Très souvent, il y a eu des mécènes historiques, comme Serge Kampf, qui ont répondu présents pour venir en aide à des clubs en difficulté au motif de l’intérêt supérieur du rugby et de l’amitié entre les hommes et les clubs. »

Pour entretenir l’espoir, Serge Kampf, le partenaire du Biarritz Olympique via Cap Gemini et déjà généreux donateur auprès d’autres clubs, n’a pas été le seul relais activé. Jean-Pierre Rives, l’ancien international et grand chef des Barbarians, est aussi intervenu. Des solutions ont été imaginées, puis abandonnées. A quelques heures du verdict de la DNACG, le Stade Français espère avoir de quoi convaincre ses interlocuteurs. Si sa relégation en Pro D2 ou Fédérale 1 est prononcée, le club aura dix jours pour faire appel. Un éventuel sursis qui pourrait se révéler précieux. Le Stade Français jetterait alors ses dernières forces dans la bataille.