RMC Sport

Les Bayonnais ne rigolent plus

-

- - -

Réfuté dimanche puis annoncé lundi, le retrait d’Alain Afflelou à la fin de la saison aggrave la crise que traverse le club basque. L’incertitude commence à peser sur les joueurs.

L’Adour et la Nive n’ont plus le monopole des courants contraires à Bayonne. Au siège de l’Aviron Bayonnais, le couloir qui dessert les bureaux des différentes sections sportives est aussi animé que les derniers kilomètres que font en commun les deux rivières jusqu’à l’Atlantique. Dimanche, à la sortie du conseil d’administration, Alain Afflelou assurait qu’il restait le premier partenaire du club.

Qu’il serait toujours aux côtés du président Francis Salagoïty, maintenu. Que le départ de Bernard Laporte ne l’amènerait pas à se retirer. Sauf que tout a changé lundi. Comme il l’avait laissé entendre quand l’ancien sélectionneur du XV de France a jeté l’éponge, le lunetier a annonçait dans la soirée qu’il cesserait de sponsoriser l’Aviron à la fin de la saison.

Baget : « On va être la risée du Top 14 »

Un coup de théâtre qui place le club dans une situation délicate, alors qu’il a signé des pré-contrats avec les Néo-Zélandais Byron Kelleher et Sione Lauaki. Leurs futurs partenaires vivent assez mal la situation. « C’est un peu exaspérant, lâche le capitaine Marc Baget. Pendant un temps, ça agaçait, ça inquiétait. Maintenant, ça nous fait sourire. On a besoin de stabilité, de s’entourer de gens qui croient en nous, en nos valeurs. »

Chambrés par certains camarades du Top 14, sur le thème des campagnes publicitaires d’Afflelou, les joueurs n’aiment pas l’image donnée par leur club. « La mascarade a assez duré, clame le troisième ligne basque. On va être la risée du Top 14. » Plutôt bien placés dans la course aux phases finales du championnat (7es), ils souhaitent que la tempête s’éloigne au plus vite du Pays Basque.

Laurent Picat (avec O.S. à Bayonne)