RMC Sport

Lombard : « Un délai très, très court »

-

- - -

L’ancien trois-quarts centre du club parisien attend avec inquiétude le passage devant la DNACG ce lundi. S’il garde espoir, il a conscience que la situation du Stade Français est extrêmement délicate.

Thomas Lombard, en tant qu’ancien joueur du Stade Français, comment vivez-vous l’attente avant le passage devant la DNACG ce lundi ?

On est tous dans l’attente d’une réponse favorable, comme ça a toujours été le cas quand un club a été dans cette situation. Malheureusement, le laps de temps pour trouver cet argent a été tellement court pour le Stade Français qu’on est en droit de se poser la question de son avenir. Il y a eu aussi l’histoire de cette fondation canadienne. On a été au plus offrant mais ce n’était peut-être pas celui qui apporterait le plus de garanties.

Gardez-vous espoir ?

Il y a un espoir. La solidarité est l’une des valeurs du rugby. Très souvent, il y a eu des mécènes historiques, comme Serge Kampf, qui ont répondu présents pour venir en aide à des clubs en difficulté au motif de l’intérêt supérieur du rugby et de l’amitié entre les hommes et les clubs. On est à Paris, il y a un tissu économique fort. Ce club a un potentiel d’attractivité important. Il y a le nouveau stade qui va être livré en 2013. Mais il y a plusieurs personnes qui doivent se réunir et tomber d’accord dans un délai très, très court.

Comment le club, encore champion de France en 2007, est-il tombé si bas ?

A un moment, il aurait fallu que le Stade Français ouvre son capital à des investisseurs. Il y a trois ou quatre ans, le rugby a pris une nouvelle dimension et les budgets ont considérablement augmenté. Le Stade Français a petit à petit pris du retard sur ses adversaires. Il s’est séparé de joueurs importants, qu’il n’a pas remplacés. Les résultats sont devenus moins intéressants. Et dernièrement, Sportys, la régie publicitaire, n’a pas été en mesure d’honorer son partenariat et a plongé le Stade Français dans une situation de déficit. Il y a eu une succession de facteurs.

RMC Sport