RMC Sport

Mi. Bergamasco : «Les avants ont sorti le match de leur vie»

Mirco Bergamasco

Mirco Bergamasco - -

Le Racing-Métro s’est imposé ce dimanche à Colombes face à Toulon (15-12). Mirco Bergamasco, l’ailier italien rend hommage à ses gros et se projette vers la Coupe d’Europe.

Mirco, on n’a pas vu beaucoup de jeu dans ce match ?

On savait bien qu’il n’y aurait pas grandes envolées. On savait déjà à la vidéo que Toulon allait être agressif et tout jouer. On avait vu leurs points forts et faibles à la vidéo. On savait que Toulon allait beaucoup taper au pied. Il fallait un troisième rideau très fort. François Steyn a sorti un très bon match. Chacun a fait ce qu’il fallait. En deuxième période, on est sorti. On a été patient en prenant point après point pour gagner ce match.

C’est votre mental qui a fait la différence ?

On le sait. C’est le cas à chaque match. La tête c’est le petit détail qui peut faire la différence ; On s’est fait prendre en première mi-temps en étant 9 points derrière. Le point positif de cette équipe c’est qu’on ne baisse jamais la tête. On joue toujours jusqu’à la fin. On a mérité cette victoire en deuxième période. Il faut travailler car la Coupe d’Europe arrive vite. L’important c’est de comprendre qu’on peut jouer 80 minutes et mettre en difficulté l’adversaire.

Que pensez-vous de la performance de vos avants ?

C’est un autre sport. Je suis content de jouer à l’aile. Les avants ont été présents, agressifs. Ils ont sorti un gros match. Ils ont réussi à sortir les ballons. Je pense qu’en deuxième mi-temps, ils ont sorti le match de leur vie. Et pour nous, les arrières, ce n’était que du bonheur. La mêlée et la touche ont fait la différence.

C’est de bon augure pour la suite avec cette deuxième place du Top 14 !

La Coupe d’Europe arrive avec Clermont et quand le championnat reprendra on n’aura que 3 matches à la maison. On n’aura pas le droit de laisser des points en route. On n’a pas le temps et on ne sait pas ce qui se passera. Il y a le Tournoi, des matches joués pendant le Tournoi. tout peut basculer sur des détails. On reste sur deux victoires et un nul. Il faut continuer.

Propos recueillis par Laurent Depret