RMC Sport

Monclar : « Il y a des tueurs à gages dans le rugby français »

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Coupable d’un coup de tête sur de Rene Ranger en Top 14, Morgan Parra a écopé de deux semaines de suspension. Une sanction injuste pour certains. Mais pas pour Jacques Monclar, qui regrette la banalisation de la violence dans le rugby.

Si le rugby est un sport de combat et de contact, il n’est pas possible de tolérer les excès de violence à outrance. L’exemple récent de Morgan Parra, et plus anciennement de Sébastien Chabal, témoignent d’un sport où « les valeurs de l’ovalie » débordent parfois de leur cadre. Cette dédramatisation de la violence dans le rugby exaspère Jacques Monclar, qui a poussé un « coup de gueule », ce dimanche matin dans les Grandes Gueules du Sport. « Cette semaine, j’ai entendu des horreurs, j’ai entendu de la dépénalisation de la violence. Et il va falloir comprendre qu’un gamin entre cinq et dix ans, quand il voit des mecs "se foutre sur la gueule", il ne fait pas de différence. J’ai entendu dire qu’il fallait que Parra ne soit pas sanctionné, qu’il fallait une bonne générale de temps en temps, qu’ils se mettent sur la gueule quand ils n’ont pas envie de courir, etc. Ce n’est pas possible ! Le rugby a voulu la vidéo ? Il a la vidéo. Maintenant, il va falloir nettoyer.

Que le rugby soit un sport de combat, de duel, d’affrontement, il n’y a pas de problème. Mais il y a quand même quelques règles. Quand je vois jouer d’autres nations, il y a de la violence dans le Four-Nations, il y a aussi de la violence quand les Britanniques jouent entre eux. Mais nous, en France, on est souvent dans le coup de poing, dans le coup de boule. A l’époque on était dans la fourchette, dans le piétinage dans la figure sur les joueurs hors-jeu. Il faut nettoyer ça ! Dans le rugby français, que ce soit en Top 14 ou en équipe de France, on a des tueurs à gages. Et ça, il n’en faut plus ! 

« Parra est un récidiviste »

J’ai joué au rugby deux ans à la faculté. J’aime ce sport, je le connais. Mais il y a des brebis galeuses. Il faut les enlever. Parra est récidiviste. Il avait l’intention de faire mal à Ranger, et ce n’est pas la première fois, c’est un récidiviste ! Dans d’autres sports, la sanction, c’est 6 à 20 matches de suspension pour une brassée. Et ces joueurs-là sont aussi des professionnels. Il est important de garder en tête qu’un jeune ne fait pas de différence entre les sports, il voit des gens qui s’emplâtrent, c’est tout. »

A lire aussi : Lièvremont : Parra n'a pas à faire ce geste Biarritz-Bayonne : l'Aviron au bout du suspense Top 14 : Ce qu'il faut retenir de la 21e journée

Jacques Monclar