RMC Sport

Paul Goze: ''Ce n’est pas une action contre la Fédération''

-

- - -

Le président de la Ligue Nationale de Rugby, Paul Goze, s’est exprimé pour RMC Sport sur la saisie du Conseil d’Etat contre la FFR à la suite de l’annulation des matchs reportés du Stade Français et du Racing 92. Et assure ne pas vouloir déclencher une guerre ouverte, mais trouver une solution pour garantir toute l’équité du Top 14.

Paul Goze, la LNR a attaqué la FFR devant le Conseil d’Etat, à la suite de la décision de celle-ci d’annuler le report des matchs du Stade Français et du Racing 92. Vous ne pouviez pas tout simplement échanger avec son président, Bernard Laporte ?

J’ai pour ma part appelé deux fois Bernard Laporte, qui n’a pas donné suite à mes appels, en lui demandant de le voir, de le rencontrer ou de lui parler au téléphone pour lui proposer une solution à l’amiable autour de ces matchs pour pouvoir les programmer et faire en sorte que le championnat se termine dans une équité sportive. Ces démarches n’ayant pas pu aboutir, la seule manière de faire, c’était de demander à la justice de trancher.

A lire aussi: la Ligue attaque la FFR devant le Conseil d'Etat

Cela est d’ores et déjà interprété comme une charge de la Ligue contre la Fédération…

Ce n’est pas une action contre la Fédération, mais c’est une action qui doit permettre de débloquer une situation juridique extrêmement compliquée. Elle l’est tellement que les avocats au Conseil d’Etat ne savent pas si c’est de la compétence du Conseil d’Etat ou du tribunal administratif. C’est pour ça qu’on a fait deux recours. C’est un cas juridique unique. Contrairement à ce qui peut se dire, ce n’est pas une action contre la Fédération. C’est, je le répète, une action pour sortir de l’impasse. Nous, la Ligue, sommes obligés de mener le championnat et l’équité de ce championnat jusqu’à la fin. A partir du moment où le dialogue ne peut pas s’établir… Je pensais qu’un dialogue autour d’une table aurait permis de débloquer la situation. La seule solution était de demander à la justice de dire le droit et de trancher cette affaire.

La Ligue souhaitait programmer ces matchs le week-end du 22 avril. Une décision peut-elle être rendue assez rapidement ?

C’est pour cela qu’on a demandé un référé suspension de façon à ce qu’une date soit fixée dans une dizaine de jours et que l’on puisse jouer les matchs aux dates qui sont prévues.

J.L