RMC Sport

La Ligue attaque la FFR devant le Conseil d'Etat

Paul Goze

Paul Goze - AFP

La LNR a décidé de saisir le Conseil d’Etat contre la FFR, pour son refus de reporter les rencontres Montpellier-Racing 92 et Castres-Stade Français, initialement programmées le 18 mars (21e journée), au moment de l'annonce de la fusion. Pour la FFR, Montpellier et Castres doivent avoir match gagné (5 points), sans jouer les matches.

La Ligue nationale de rugby (LNR) saisit le Conseil d'Etat contre son institution de tutelle, la Fédération française (FFR), qui refuse les reports des matches Montpellier/Racing 92 et Castres/Stade Français, a-t-elle annoncé lundi.

La LNR engage en parallèle un autre recours devant le tribunal administratif de Versailles, au cas où le Conseil d'Etat se déclarerait incompétent pour trancher sur ce litige qui l'oppose à la FFR depuis l'épisode de la fusion, finalement abandonnée, entre les deux clubs franciliens.

A lire aussi >> Revol: "Un climat pas très sain dans le rugby"

"Suite à la décision de la FFR de réformer le report des matchs, la LNR a engagé une démarche de dialogue auprès de la FFR et des clubs concernés, rappelle la Ligue par voie de communiqué. Ces démarches n’ayant pas abouti, la LNR n’a plus d’autres choix que de solliciter la justice. Ce recours devant le Conseil d’Etat a pour objectif d’apporter une résolution rapide à l’incertitude qui pèse que la fin du championnat."

En effet, ces deux matches ont un lourd enjeu dans la course à la qualification pour la phase finale: Montpellier est 3e avec 56 points, Castres 5e avec 52 points et le Racing 8e avec 49 points. 

A lire aussi >> A lire aussi >> Goze : "Je ne cherche pas les conflits"

Paul Goze avait rencontré le président de Montpellier, Mohed Altrad, le 29 mars. D'après nos informations, la réunion avait été "jugée constructive" par la LNR mais l’homme fort du MHR a finalement décidé de camper sur ses positions comme il l’a annoncé le surlendemain par mail à Goze 

Contactée par RMC Sport, la FFR, avec qui le dialogue semble rompu, ne souhaite pas s’exprimer a fait savoir Serge Simon, son vice-président.

A lire aussi >> Laporte assure qu'il ira "jusqu'au bout" sur les contrats fédéraux

JBi avec AFP