RMC Sport

Perpignan panse ses maux

Jérôme Porical, auteur de tous les points de l'USAP

Jérôme Porical, auteur de tous les points de l'USAP - -

Grâce à une belle deuxième période, l’USAP arrache de peu la victoire à Aimé-Giral face au Stade Français (22-21). Mal partis et handicapés par deux cartons jaunes, les Perpignanais tournent peu à peu la page de leur mauvais début de saison. Les Parisiens repartent avec le point du bonus défensif.

Encore une fois, Perpignan a souffert. Encore une fois, l’USAP a été brouillon. Encore une fois à domicile, le dernier finaliste du Top 14 fut loin d’être impérial. Mais encore une fois, il est reparti avec les quatre points de la victoire. C’est bien là l’essentiel, à en croire le trois-quarts centre catalan David Marty, interrogé en fin de match par nos confrères de Canal +. « Il fallait absolument gagner cette rencontre, souligne l’international français. C’est bon pour la confiance. Ça nous permet surtout de rebasculer dans la première partie du tableau avant d’aller voir à Bayonne ce qui se passe… ».

Au vu du scénario de la rencontre, les hommes de Jacques Brunel reviennent de loin. Face à une équipe du Stade Français courageuse et réaliste, l’USAP a couru derrière le score pendant presque toute la rencontre. En cause : indiscipline et sautes de concentration. « On s’est mis tout seuls dans des conditions difficiles », reconnaît l’entraîneur Jacques Brunel. Le carton jaune récolté par Cazenave (7e), qui avait mis son grain de sel dans une échauffourée, permet immédiatement à Arias de concrétiser en coin la supériorité numérique parisienne (0-8, 9e).

Puis, sur un ruck en leur faveur mal négocié, les Perpignanais offrent un deuxième essai aux Parisiens (9-15, 22e). Et continuent en début de seconde période de donner le bâton pour se faire battre, avec une deuxième expulsion bête (43e). Heureusement pour eux, les Parisiens n’en profitent pas. Le fait du match, selon le demi de mêlée stadiste, Julien Dupuy : « On n’a pas réussi à marquer cet essai en supériorité numérique. Ensuite on se déconcentre et on perd le fil du match. C’est le signe d’une équipe moyenne, voilà tout. »

C’est le moment choisi par les Catalans pour enfin concrétiser le gros investissement montré en première période. Dans le sillage de l’arrière Jérôme Porical, en pleine forme et auteur de l’ensemble des points de son équipe dont un superbe essai en solitaire (19-21, 55e), Perpignan remonte son retard au mental pour l’emporter d’un petit point (22-21). Paris se console avec le point du bonus défensif, mais enchaîne sa troisième défaite. Inquiétant pour un club qui voulait rapidement tourner la page sombre de la saison dernière…

MMa