RMC Sport

Pour le patron des arbitres, « Cardona arbitrera à nouveau Toulon »

-

- - -

Didier Mené, patron des arbitres, dénonce les propos « excessifs et injustes » de Bernard Laporte contre M.Cardona. Et assure que l’arbitre de Toulon-Grenoble samedi dernier officiera encore pour des matchs du RCT.

Didier Mené, en tant que président de la commission centrale des arbitres, quelle est votre réaction après les propos de Bernard Laporte concernant Laurent Cardona ?

Je n’ai pas entendu sa sortie médiatique de ce soir mais j’avais entendu celle du président Boudjellal sur le même sujet dimanche soir. J’ai eu Bernard Laporte samedi soir au téléphone. Ce sont des réactions excessives et injustes. Les clubs ne sont pas aptes de juger la qualité des arbitres, de la même façon que les arbitres ne sont pas aptes de juger les équipes et la gestion des clubs. Contrairement à ce que les Toulonnais pensent, nous, à la commission centrale des arbitres, avons trouvé l’arbitrage bon. Que Laurent Cardona ne réussisse pas au RC Toulon, c’est un fait. Un jour, ça leur réussira. Tout ça s’inscrit dans la durée. Ce sont des réactions déplacées et ce lynchage médiatique ne sert aucune cause.

Etes-vous surpris par ces propos ?

Non, parce que je le connais et l’apprécie. Je peux concevoir, qu’à chaud, on exprime un courroux pas très raisonné. Je conçois moins que cinq jours après, on s’acharne sur un arbitre qui, d’un point de vue réglementaire, a fait son travail. Il a considéré qu’un cinq contre deux est un avantage tactique évident. Si Toulon a gagné sa Coupe d’Europe, c’est grâce à un arbitrage de la règle d’avantage tout aussi discutable. Ce coup-ci, c’est Montferrand qui a râlé. La toue tourne, elle tournera pour Toulon et pour Laurent Cardona. Sachant cela, il faudrait que les gens gardent plus de mesure dans leurs interventions publiques. Il vaut mieux utiliser les canons d’échanges avec les arbitres dignes d’un professionnalisme mature plutôt que du « bashing » perpétuel et néfaste à tous.

Allez-vous demander une sanction pour Bernard Laporte ?

Non, parce que je privilégie le cadre professionnel d’échanges techniques qu’on veut avoir avec les entraîneurs. Beaucoup de clubs le font régulièrement et échangent avec les arbitres à l’issue des matches. Tout cela est constructif, c’est une vraie démarche professionnelle. Je souhaite ardemment que le RCT utilise les canons de discussions pour essayer de nouer des relations plus constructives que cette destruction unilatérale.

Bernard Laporte a critiqué l'amateurisme des arbitres. Constatez-vous un manque de professionnalisme ?

Il y a 13 arbitres en Top 14 : quatre sont entièrement professionnels et neuf vont devenir semi-professionnels à l’issue de cette saison dont Laurent Cardona. Mais ils sont déjà engagés dans une démarche de professionnalisme incluant de grandes exigences en termes de préparations physique et mentale, d’analyses vidéo et d’échanges avec les clubs. Il ne faut pas que les clubs s’attendent à ce qu’il n’y ait plus d’erreurs d’arbitrage parce qu’à ma connaissance, quand les joueurs sont passés professionnels, ils ont continué à faire des mauvais choix sur le terrain et à faire des mauvais matches, même chez les plus grands joueurs. Les plus grands arbitres ont aussi le droit de faire des mauvais matches. On n’a pas du tout la même tolérance avec les arbitres qu’avec les joueurs.

Laurent Cardona ne va-t-il plus arbitrer le RCT ?

Dans un souci d’apaisement, il est évident que je ne vais pas désigner Laurent Cardona pour arbitrer Toulon dans le mois à venir, mais il est aussi évident qu’il arbitrera à nouveau le RC Toulon. Comme Christophe Berdos a arbitré le Racing alors que certains membres du staff lui interdisaient de les arbitrer. Chacun doit s’occuper de son domaine de compétence.

Dans quel état d'esprit était M.Cardona après ce match ?

Il était un peu frustré parce qu’il pensait, à juste titre, avoir fait un bon match. Il était aussi conscient que sa décision sur l’avantage pouvait être sujette à débat mais qu’il était dans son bon droit puisqu’il a considéré que le cinq contre deux était un avantage tactique évident, contrairement à ce qu’ont pu dire d’autres médias. L’avantage peut être tactique, comme c’était le cas.

A lire aussi :

>>> Toulon et Boudjellal « douchés-coulés » par Grenoble

>>> Landreau et «la tragédie» à Toulon

>>> Les états d’âme de Laporte

Propos recueillis par Wilfried Templier