RMC Sport

Racing-Castres : Comme on se retrouve

Les deux Laurent (Travers au premier plan, et Labit) passeront de Castres au Racing la saison prochaine

Les deux Laurent (Travers au premier plan, et Labit) passeront de Castres au Racing la saison prochaine - -

Les entraineurs de Castres, Laurent Travers et Laurent Labit, prendront les rênes du Racing 92 la saison prochaine. Mais avant ça, il faudra passer par une très probable double confrontation, samedi en Championnat et une semaine plus tard en barrages face à leur futur club. Pas si simple.

Ils le savent depuis le mois d’octobre, depuis l’annonce de leur transfert de Castres au Racing la saison prochaine, mais le dernier match de la phase régulière du Championnat de Top 14, samedi (14h15), place les deux coaches du CO dans une position cocasse. Laurent Travers et Laurent Labit ont pour mission de ramener un point de leur déplacement francilien, à Yves-du-Manoir, pour consolider la 4e place du club tarnais (73 points), synonyme de barrage au stade Pierre-Antoine. Pour le Racing Métro 92 (5e, 69 pts), l’équation est simple : les joueurs Azur et Blanc doivent l’emporter avec le bonus offensif et ne pas laisser le bonus défensif à leur adversaire pour espérer disputer ce fameux barrage à la maison.

Le CO, déjà assuré de disputer la Coupe d’Europe pour la quatrième saison d’affilée, n’y voit pas matière à épiloguer. « On est dans un match où les deux équipes sont qualifiées, ça évite toute suspicion. Ça prouve que ce qui s’est dit ces derniers temps, c’était n’importe quoi, et ça n’a pas empêché les deux équipes de travailler, explique Labit, entraîneur des trois-quarts. On a la possibilité d’écrire une ligne de notre palmarès, on ne va pas se faire de cadeau maintenant. »

Pour son vis-à-vis francilien, Gonzalo Quesada, le contexte du match et les futurs trajectoires des uns et des autres (Quesada rejoindra le Stade Français la saison prochaine, ndlr) n’influent pas sur l’engagement de ses troupes, malgré leurs deux défaites lors de leurs trois derniers matches. « Je ne pense pas que ça rentre encore en ligne de compte. Il y a un vrai objectif : c’est de ne pas rater cette opportunité et de n’avoir aucun regret pour faire un gros match. » L’Argentin en connait l’enjeu : le RM92 n’est jamais parvenu en finale depuis sa remontée en Top 14, en 2009.

Retrouvailles en barrages… dans une semaine

Comme si cela ne suffisait pas, les deux équipes ont de fortes chances de se retrouver dans une semaine pour le barrage (samedi 14h40), alors que Montpellier (6e) est promis à Toulouse (3e), la veille (21h)... Un rendez-vous à ne pas manquer pour le tandem Travers-Labit, qui aimerait faire ses adieux au public de Pierre-Antoine par une deuxième qualification de rang dans le dernier carré du Top 14. D'ailleurs les dirigeants ont décidé de ne pas délocaliser le match, à la différence de l'an dernier à Toulouse. Et malgré une saison quelque peu schizophrénique, les deux hommes ne regrettent rien. « On referait la même chose, assure Labit. On aurait attendu, on sait qu’en avril ou en mai, le marché des transferts est fini depuis bien longtemps. On voulait participer pleinement au projet du Racing. »

A lire aussi :

>> Castres ne délocalisera pas

>> Le groupe castrais face au Racing

>> Le groupe du Racing face au CO

Louis Chenaille (avec W.T., L.D.)