RMC Sport

Stade Français: Savare restera jusqu’à la fin de la saison

-

- - -

Quelques heures après l’annonce de l’abandon du projet de fusion entre le Racing 92 et le Stade Français, le président du deuxième club, Thomas Savare, a fait le point sur la situation de l’équipe parisienne. S’il affirme ne pas avoir acté de décision sur son futur, il assure qu’il restera président jusqu’à la fin de la saison.

Sept jours après avoir été annoncé, la fusion entre le Racing 92 et le Stade Français ne verra pas le jour. Officialisée ce dimanche, l’abandon de ce projet ambitieux intervient après la grève entamée par les joueurs du Stade Français, le report des matches ce week-end des deux équipes et la forte mobilisation dans le pays contre cette idée de fusion. Une décision actée dans un communiqué par le président du Racing Jacky Lorenzetti et commentée quelques heures plus tard par son homologue au Stade Français, Thomas Savare, auprès du Midi Olympique.

A lire aussi: la fusion n'avait "aucun sens dans le combat" selon Savare

« C’est un constat commun. Il faut même dire que l’opposition -des joueurs, des supporters et de l’association- était probablement plus forte au Stade Français qu’au Racing, estime le président parisien. Je suis déçu. C’était un projet ambitieux. Je constate d’ailleurs que les journaux anglais parlaient de l’avènement d’un grand club européen et nous soutenaient dans ce projet. Après, je ne vais pas vous dire ne pas avoir été touché par les insultes et les mises en cause… »

"Aucune décision sur le coup de l'émotion"

Au point d’envisager de partir, la fusion n’ayant finalement pas eu lieu ? « Je ne prendrai aucune décision sur le coup de l’émotion. L’an passé, j’ai présenté un projet alternatif avec un budget plus modeste où l’on misait sur la formation, les jeunes et le développement. Et puis, ce projet de fusion est arrivé. Vous connaissez la suite. Rien ne dit qu’on ne reviendra pas au projet initial, celui auquel j’avais présenté cet hiver. On verra. » S’il refuse d’estimer un coût de reprise pour le club (« Je ne sais pas. Tout dépend dans quelle configuration et dans quel modèle. Mais ce n’est pas le sujet »), Thomas Savare est bien en quête d’un repreneur pour un club qui accuse un déficit de 6 millions d’euros par an.

« On est dans ces eaux-là, a confirmé l’intéressé au micro de Stade 2. On est clairement dans un modèle économique qui ne tient pas la route. Si un repreneur se présente avec un projet concret et viable, je cèderai le club. Mais d’abord, on va s’attacher à bien terminer l’exercice en cours. » Avec lui comme homme fort de ce nouveau projet ? « Ce sera moi ou quelqu’un d’autre. On discutera dans les jours à venir et on tirera des conclusions. Jusqu’à la fin de la saison, je serai là. Après, on verra... »