RMC Sport

Top 14 : Castres, le champion tourne une page

Castres Olympique

Castres Olympique - -

Dans la foulée de son titre de champion de France, Castres redémarre la saison avec un nouveau staff depuis le départ des Laurent, Travers et Labit, au Racing mais avec la même philosophie et une ambition mesurée.

Castres va redémarrer la saison davantage dans la lumière que les années précédentes. Place forte du rugby français depuis quelques saisons, le CO a passé un cap en remportant le Bouclier de Brennus aux dépens de Toulon (19-14) en juin dernier. Un final en apothéose pour Laurent Labit et Laurent Travers après quatre ans passés au club. Depuis, les deux inséparables ont rejoint le Racing-Métro et Castres les a remplacé par un autre duo composé de Serge Milhas et David Darricarrère, qui a déjà travaillé ensemble à La Rochelle (en Pro D2, puis Top 14), avant d'être séparé (Biarritz pour Milhas, Dax puis Agen pour Darricarère). Depuis la prise en main de leur nouvelle équipe, les deux entraîneurs affichent la volonté de ne pas chambouler tout le fonctionnement de l'équipe. Ils seront aidés dans leur tâche par une pièce essentielle dans le dispositif du CO : Matthias Rolland, capitaine la saison dernière et désormais manager qui sera un lien entre le groupe et les coachs.

« Ça fait quatre ans que les deux « loulous » faisaient un excellent travail. Il aurait été dommage de penser qu’on aurait pu faire mieux ou différemment, explique Milhas. On a gardé beaucoup de bases. On a discuté avec les joueurs pour apporter cette petite évolution mais on va surtout s’appuyer sur ce qui était déjà en place. » Si le CO a perdu deux joueurs importants, le deuxième ligne Joe Tekori (Toulouse) et l’ailier Marc Andreu (Racing), il a réussi un très gros coup avec la signature du deuxième ligne écossais, Richie Gray. Les demis de mêlée Julien Tomas (Montpellier), Cédric Garcia (Bayonne), l'ailier Rémy Grosso (Lyon) et l’arrière Geoffrey Palis (Albi) sont également arrivés alors que Lacrampe (Clermont) et Bernard (Union Bordeaux-Bègles) ont quitté le club.

Diarra : « On reste une petite bourgade »

« Le côté positif c’est qu’on a conservé 90% du groupe. C’était une volonté du club et je pense que c’est le meilleur recrutement possible, se félicite Matthias Rolland. La saison dernière, on aurait pu croire à un exode massif mais finalement les joueurs sont restés fidèles au club parce qu’il est sein, attractif et dégage une bonne image et une joie de vivre. » C’est avec cette philosophie inchangée que l’ancien club de Pierre Fabre, mécène historique du club décédé cet été, tentera de conserver le titre. Même si l’objectif annoncé est d’abord de se qualifier pour les phases finales, tant la concurrence sera élevée. « En étant champion en titre, ce serait difficile de ne pas envisager d’être dans les six, estime Milhas. Une fois qualifié, tout peut arriver, Castres l’a bien montré l’année dernière. »

Après deux matchs amicaux remportés à Perpignan (14-12) et face à Albi (26-19), et avant d'affronter les Irlandais du Connacht, Castres disposera a priori d'un calendrier abordable en début de saison avec un déplacement à Perpignan, la réception de Grenoble puis des matchs face à Bordeaux, au Stade Français et à Oyonnax. « On va essayer de rivaliser avec les gros et de rester tapis dans l’ombre. On reste une petite bourgade, la petite campagne, s’amuse Ibrahim Diarra. Il y a de grosses équipes présentes qui ont envie de goûter au Brennus. » Rémi Talès abonde : « Même si l’on sort d’un titre de champion de France, on ne sera pas favoris l’année prochaine, prédit l’international français. Lorsqu’on voit le recrutement du Racing et de Toulon avec Toulouse, Clermont et Montpelier qui sont toujours là, il y aura de grosses écuries. »

A lire aussi :

>> Rolland – « Ne pas rester dans le passée »

>> Dusautoir – « On doit faire mieux »

>> La chaleur s'abat sur le Top 14

Nicolas Couet avec Wilfried Templier à Toulouse