RMC Sport

Top 14 : ce qu’il faut retenir de la 15e journée

Noa Nakaitaci

Noa Nakaitaci - -

Clermont, vainqueur d’Oyonnax ce dimanche à Marcel-Michelin (33-19), consolide sa place en tête du Top 14. Rien ne va plus pour Biarritz, battu à Montpellier (48-22), qui concède sa 12e défaite en 15 matches.

Racing-Toulon (14-3) : soulagement à Colombes

Pour les Franciliens, c’était le match à ne pas perdre sous peine de voir le top 6 s’éloigner. Mais à l’issue d’un match engagé et disputé, le Racing-Métro a remporté son pari en dominant Toulon 14-3. A Colombes, les joueurs de Laurent Labit et Laurent Travers, solides en défense, ont décroché leur 8e succès en Top 14 grâce à trois pénalités de leur buteur Jonathan Sexton (3e, 23e, 62e) et un essai de Marc Andreu (55e) contre une pénalité transformé par Jonny Wilkinson (30e). Au classement, les joueurs du Racing reviennent à hauteur de Grenoble à la 7e place. Toulon reste à la 4e place. 

Bayonne - Toulouse (21-13) : L'Aviron s'offre le Stade Toulousain

Toujours très à l’aise sur sa pelouse du stade Jean-Dauger, l’Aviron Bayonnais s’est donné un peu d’air en battant le Stade Toulousain 21-13. Un succès acquis grâce O’Connor (14e) et Rokocoko (64e), alors qu’un essai de Louis Picamoles (36e) avait pourtant remis les Haut-Garonnais sur de bons rails. Cette victoire permet aux Basques de sortir de la zone de relégation, à la 12e place, grâce à un point d’avance sur Oyonnax, défait à Clermont (33-19). Un succès donc bienvenu avant un déplacement lors de la prochaine journée à Perpignan puis la réception de l’ASM. Pour Toulouse, en revanche, c’est la soupe à la grimace. Cinquième du Top 14, l’équipe de Guy Novès qui n’a toujours pas gagné le moindre match à l’extérieur en championnat cette saison, réalise l’une des plus mauvaises opérations de cette 15e journée.

Montpellier - Biarritz (48-22) : le BO creuse toujours...

Le chemin de croix du Biarritz Olympique continue. Défaits à Montpellier (48-22), les Basques concèdent leur douzième revers en quinze matches et filent droit vers la Pro D2. Et l’affaire semblait déjà pliée en… 20 minutes. Deux pénalités de Paillaugue (7e, 12e) et des essais, chaque fois transformés, de Nagusa (17e) et Tulou (26e), portaient le déficit d’un BO un temps réduit à 13 – cartons jaunes pour Ngwenya et Van Staden – à 20 longueurs. Biarritz se réveillait avant la pause avec une pénalité de Yachvili (30e) et un essai, transformé, de Lund (33e). Mais l’essai de Gorgodze (37e) transformé par Paillaugue redonnait de l’air aux Montpelliérains. Au retour des vestiaires, Ivaldi inscrivait l’essai du break (45e). Ngwenya (51e) lui répondait, profitant d’un Montpellier réduit à 14 avec le carton jaune de Trinh-Duc. Et Pietersen (56e), dont l’essai n’était pas transformé par Yachvili, faisait grandir l’espoir d’un retour. Il sera calmé par l’essai de Tulou (60e) juste après le retour sur le pré de Trinh-Duc. Cerise sur le gâteau du MHRC, Gorgodze rajoutait un essai (76e) synonyme de bonus offensif. Avec ce succès, Montpellier arrête sa série noire après cinq défaites de suite toutes compétitions confondues. Et s’accroche pour l’instant à cette sixième place qualificative pour la phase finale. 

Clermont - Oyonnax (33-19) : l'ASM fait le job

Malgré un relâchement en fin de rencontre, le leader du championnat n’a pas trop forcé pour venir à bout d’Oyonnax battu 33-19. Au stade Marcel-Michelin où Clermont est désormais invaincu depuis 70 matches, l’équipe de Vern Cotter a assuré son succès en première mi-temps, grâce notamment deux essais signés Noa Seru Nakaitaci (20e), Fritz Lee (27e) et Benjamin Kayser après la pause (68e). Le promu a profité du relâchement des Auvergnats en fin de match pour réduire le score grâce à des essais de Pierre Aguillon (59e) et Jody Jenneker (79e). Même si l’ASM est bêtement privée du bonus offensif, cette quatrième victoire de rang est bon augure pour le leader du Top 14 avant deux déplacements à Toulouse puis Bayonne.

Grenoble - Castres (20-16) : la forteresse des Alpes toujours imprenable

Le match débutait sur des occasions manquées grenobloises : un essai refusé après arbitrage vidéo (5e) puis une pénalité ratée par James Hart (10e). Après un échange de pénalités entre Palis (18e) et Hart (25e), les Isérois faisaient la différence sur un essai en force de Buckle, transformé par Hart (29e). Deux pénalités de Palis (31e, 39e), dont la dernière plutôt chanceuse, ramenaient les champions de France à moins 1 à la pause. Hart rajoutait trois longueurs à l’avance grenobloise au retour des vestiaires (48e) mais Castres faisait parler son expérience en profitant du carton jaune de Nigel Hunt pour prendre la tête sur un essai, transformé, de Baï. Hunt de retour, les Isérois repartaient à l’assaut et parvenaient à faire craquer les Castrais sur un essai de Raitini transformé par Courrent (73e). Poussés par les encouragements nourris du stade des Alpes, ils ne craquaient pas. Toujours invaincu dans son antre cette saison en Top 14 (six victoires, un nul), Grenoble reste dans la course pour les phases finales. Castres, lui, stoppe sa série de cinq matches de championnat sans défaite et perd sa deuxième place au classement, directement qualificative pour les demi-finales.

Bordeaux - Bègles-Brive (27-23) : Bordeaux joue à se faire peur

L’UBB est décidément inspirée au stade Chaban-Delmas. Pour son quatrième match de Top 14 dans l’enceinte des Girondins de Bordeaux, l’équipe aquitaine a battu Brive 27-23 et signer un quatrième succès sur cette pelouse porte-bonheur. Pour ne rien gâcher, elle y a ajouté la manière, avec tout de même un brin de suspense. Malgré une énorme frayeur après un essai en solitaire et contre le cours du jeu du Briviste Alfie Mafi (32e), l’UBB a pris le large grâce à trois essais de Jandre Marais (40e, 57e) et du meilleur marqueur du Top 14, le Fidjien MetuiselaTalebula après une course de 50 mètres (55e). Les Corréziens ont repris espoir en fin de rencontre après un essai de Gaëtan Germain (69e). Brive empoche un point précieux avec le bonus défensif.

Stade Français - Perpignan (19-12) : Le Grand Huit du Stade Français

A lire ici.

La rédaction