RMC Sport

Top 14: l’incompréhension de présidents sur l’appel d’offres des droits TV

Info RMC Sport - Plusieurs présidents de Top 14 regrettent de ne pas avoir été suffisamment informés et consultés sur le nouvel appel d’offres des droits télé officiellement lancé la semaine passée. Certains regrettent également le timing. Tous seront réunis jeudi pour évoquer ce dossier.

C’était la surprise de la semaine dernière. Après avoir discrètement travaillé depuis le mois de novembre, la Ligue Nationale de Rugby a officiellement lancé un nouvel appel d’offre des droits télé pour la période 2023-2027. Le timing en a étonné plus d’un. "Les appels d'offres se font de plus en plus de manière précoce par rapport à la fin des droits en cours, justifiait Paul Goze, le président de la LNR, au micro de RMC Sport jeudi dernier. Et nous ne sommes pas particulièrement en avance puisqu'au dernier appel d'offres pour la période 2019-2023, nous avions fait l'appel d'offres en avril 2016, soit trois ans avant environ, alors que pour maintenant, nous sommes à deux ans environ."

En coulisses pourtant, certains ne comprennent pas. Pourquoi le lancer dès maintenant alors que Canal +, grand favori sur le papier pour la diffusion télé, s’active actuellement sur les droits du foot? N’est-ce pas donc un choix risqué? Pourquoi effectuer un appel d’offres avec un verdict fixé seulement trois semaines avant les élections pour la présidence de la LNR du 23 mars? Selon les informations de RMC Sport, des présidents ont fait part de leur incompréhension ces derniers jours. Certains seraient remontés. "On n’est au courant de rien et on nous met ça dans la figure, selon l’un entre eux. Hormis cinq présidents (le Racingman Jacky Lorenzetti, le Castrais Pierre-Yves Revol, le Bordelais Marti, le Lyonnais Yann Roubert et le Toulousain Didier Lacroix) qui faisaient partie de la commission de travail, nous n’avons pas eu d’information. On s’étonne." Un autre président de Top 14 précise: "Peu étaient informés et c’est resté très secret. Ce n’est pas normal… La situation est un peu surprenante.

Réunion jeudi soir

Toujours selon nos informations, ils ont demandé des éclaircissements. Pour y répondre, une réunion a d’ailleurs été programmée en urgence jeudi soir. "L’incompréhension est réelle", selon plusieurs hommes forts du championnat qui s’interrogent sur le montant du prix de réserve fixé à 105 millions d’euros, soit 8 millions seulement de plus que ce que verse actuellement Canal +. Pour rappel, lors du dernier appel d’offre lancé en 2016, ce prix de réserve était fixé à 90 millions d’euros, au final, le montant réel des droits s’élève aujourd’hui à 97 millions.

Selon une source proche du dossier, il n’y avait pourtant pas le choix. Le comité de pilotage a voulu préparer cet appel d’offres dans la plus grande discrétion afin d’éviter des fuites dans la presse. "Des questions sont légitimes mais avec le devoir de confidentialité, il n’était pas possible de trop communiquer", nous dit-on. "Un appel d’offres de droits prémium est soumis à un règlement juridique très encadré qui n’autorise aucune fuite en amont de l’appel d’offres au risque de le rendre caduque", selon un autre interlocuteur. Le sujet avait pourtant déjà été déjà abordé en réunion des présidents ainsi qu’en comité directeur, sans pour autant entrer dans les détails. Jeudi soir, tous en sauront cette fois beaucoup plus.

Jean-François Paturaud