RMC Sport

Top 14: la nouvelle règle du 50:22 qui pourrait tout changer

Parmi les règles édictées par World Rugby au coeur de l'été, celle du 50:22, qui pourrait opérer une transformation du jeu en Top 14 et favoriser les équipes qui attaquent.

C’est une évolution des règles qui pourrait engendrer une révolution du jeu, en Top 14. Des cinq nouvelles règles édictées par World Rugby au coeur de l'été, elle est celle qui suscite le plus de questionnements parmi les acteurs du jeu.

La fameuse règle dite du 50:22 prévoit qu’une équipe qui tape indirectement en touche, depuis son camp, dans les 22 mètres adverses, récupérera le bénéfice du lancer en touche, alors qu’auparavant, le ballon revenait à l’équipe qui défendait.

Un temps d’adaptation sera nécessaire, aussi bien pour les joueurs que pour le corps arbitral, afin d’appréhender correctement cette évolution, mais bien utilisée, elle pourrait transformer l’organisation offensive et défensive des équipes.

Pour contrer la pluie d’ogives qui s’annoncent, les équipes voudront certainement renforcer le troisième rideau défensif en couverture, et donc réduire la densité dans les zones d’affrontements.

Ce qui reviendrait à créer plus d’espaces pour attaquer le premier rideau défensif et attaquer sur la largeur, tout comme il y aura matière à exploiter l’axe du terrain avec un jeu au pied savamment orchestré.

Pas la seule nouveauté qui intrigue

Plus de possibilités pour l’attaque, et beaucoup plus d’incertitudes pour l’équipe qui défend. Avec cette règle, World Rugby cherche à rendre le jeu plus attractif encore, et à donner la priorité aux équipes qui attaquent.

Certains entraîneurs s’attendent donc à ce que la règle augmente le temps de jeu effectif. Par conséquent, plusieurs équipes ont commencé à réfléchir aux changements impliqués par l’adoption de cette règle, notamment en faisant appel à un arbitre pour les aiguiller dans leur approche.

Le premier réflexe a été de penser à changer la défense, la couverture du terrain devant être assurée différemment, notamment de la part du demi de mêlée. Sur le plan offensif, les clubs qui disposent déjà de droitiers et de gauchers dotés d’un bon jeu au pied se frottent déjà les mains en imaginant leur impact offensif.

Mais d'autres règles sont également très attendues, comme le renvoi d'en-but. Si un défenseur aplatit dans son en-but après un coup de pied adverse, ou si une équipe entre dans l'en-but adverse sans marquer, un renvoi sera tapé depuis l'en-but.

Là encore, le but affiché est de favoriser la prise d'initiative au détriment des séries de percussions à l'approche de l'en-but. Tout cela reste à confirmer, etil n'est pas dit que la révolution opère instantanément. Elle pourrait même attendre. Réponse dans quelques heures avec le coup d'envoi de la 1ère journée du Top 14.

QM