RMC Sport

Top 14: le Racing 92 montre les muscles devant La Rochelle

Le Racing 92, étouffant, a montré ses ambitions en répondant au défi physique de La Rochelle, finaliste la saison dernière mais dominé 23 à 10 ce samedi, lors de la deuxième journée du Top 14.

Le Racing 92 est ambitieux. Après avoir dominé le Stade Français en ouverture de la saison, les Ciel et Blanc ont éteint le Stade Rochelais, son bourreau en demi-finales la saison passée, dominé (23-10) au Paris La Défense Arena. Réalistes en attaque, infranchissables en défense, les Ciel et Blanc ont pu compter sur la maladresse de Ihaia West (deux pénalités ratées) autant que sur l'essai de Virimi Vakatawa (11e) et celui de pénalité (71e) pour faire la différence.

Avec ce deuxième succès de rang, une semaine après avoir giflé le Stade français (36-21) en ouverture du championnat, ils grimpent de sept places et chipent la pole à Castres, avant le choc en rouge et noir de dimanche entre Toulouse et Toulon. Finalistes de la Coupe d'Europe puis du Top 14 la saison dernière, les Rochelais, eux, chutent à nouveau, une semaine après avoir été à nouveau frustré par Toulouse (20-16), et se retrouvent 12e.

Les Franciliens, qui ont remporté cinq de leurs six dernières réceptions de La Rochelle (victoires 26-22, 49-0, 50-14 et 19-12, défaite 19-13 en 2019), ont également effacé des tablettes la déconvenue lilloise, qui avait vu ces mêmes Maritimes (19-6) sortir vainqueurs du duel en demi-finale du Top 14.

L'arbitre de la rencontre sort sur civière

Et si, dans la semaine, Laurent Travers a refusé de parler de revanche, on n'est pas obligé de le croire. Ce Racing 92-là avait clairement quelque chose à démontrer à Nanterre. L'illustration est venue au bout de 5 minutes de jeu avec un accrochage entre "gros", avec Camille Chat et Hassane Kolingar d'un côté, Pierre Bourgarit et Guram Papidze de l'autre.

Ou quand, au bout d'une demi-heure de jeu, le jeune ouvreur Antoine Gibert défend comme un damné pour pousser Pierre Boudehent à la faute en bout de ligne. Pire, malgré plus de 60% de possession et une forte présente dans les 22 franciliens à la pause, les Rochelais se sont montrés incapables de forcer le verrou du Racing, redoutable en défense.

Les deux pénalités ratées par West (27e, 47e) n'ont certes pas aidé, pas plus que le carton jaune de Bourgarit (34e), exclu en même temps que Chat. Ni celui de Rémi Bourdeau (71e), au sortir d'une percée de Gaël Fickou transformée en essai de pénalité. La Rochelle devra se retrousser les manches dans une semaine face à une autre bête blessée, Clermont. Le Racing 92, lui, se déplace chez le promu biarrot.

Pour l'anecdote, l'arbitre de la rencontre Tual Trainini est sorti sur civière, touché à une cheville. M. Trainini s'est écroulé à moins de dix minutes de la fin, se tenant la jambe au milieu du terrain. "C'est la cheville qui a tourné", a-t-il pesté selon le micro de Canal+. Il a été remplacé par Pierre Brousset, son juge de touche.

Avec AFP