RMC Sport

Top 14 : peur sur Biarritz

Damien Traille

Damien Traille - -

Six défaites en sept matchs pour Biarritz, tombé ce samedi à domicile contre Grenoble (27-21). Rien ne va plus au BO, dernier du Top 14. En haut du classement, Toulon et le Stade Français occupent la tête.

Oyonnax-Stade Français : 15-16

Cela faisait deux ans qu’Oyonnax n’avait plus perdu à domicile. C’est désormais chose faite. Le Stade Français est venu s’imposer dans l’Ain en clôture de la 7e journée du Top 14. Les Parisiens réussissent là où Clermont et Castres avaient jusqu’à présent échoué. Les deux formations ont longtemps bataillé à distance, notamment avec les pieds de Benjamin Urdapilleta pour les locaux et de Julien Dupuy pour le Stade Français. Le tournant du match est finalement intervenu à la 67e minute avec le carton jaune reçu par Hemani Paea. Dix minutes à 14… Dix minutes fatales pour les joueurs d’Oyonnax, puisque c’est à cet instant que les Parisiens marquent le seul essai de la rencontre par Hugo Bonneval (16-12, 72e). Auteur d’une dernière pénalité, Benjamin Urdapilleta (75e) a permis aux siens d’y croire jusqu’au bout. Mais le réalisme était parisien. Grâce à ce succès, le Stade Français est leader à égalité de points avec Toulon.

Biarritz - Grenoble : 21-27

Six matches, cinq défaites, dont deux à domicile. Biarritz n’avait plus le droit à l’erreur avant cette 7e journée. D’autant que les Biarrots ont longtemps mis en avant le calendrier démentiel (Clermont, Montpellier, Toulouse et Toulon notamment) pour expliquer leur début de championnat très difficile. La réception de Grenoble devait donner le ton de leur saison et enfin leur permettre de décoller. Nouvel échec pour les hommes de Serge Blanco. Il s’agit de la 5e défaite de rang des Basques, face à des Isérois qui se permettent même le luxe d’inscrire le point du bonus offensif grâce à trois essais de Mathieu Nicolas (12e), Dayna Edwards (38e) et Roland Bernard (73e). Et dire que les hommes de Fabrice Landreau ont joué trois fois à 14 ! Pour Biarritz, c’est Dimitri Yachvili qui a passé sept pénalités, avant de sortir sur blessure. Quand rien ne va…

Toulouse - Castres : 26-9

Avec trois victoires et autant de défaites depuis le début du championnat, Toulouse et Castres n’avaient pas le droit à l’erreur. La pression était un peu plus pesante dans le camp de Toulouse, qui recevait le champion de France en titre. Autant dire que la moindre défaite était interdite pour les hommes de Guy Novès. Dans une rencontre opposant les deux derniers champions de France, c’est Toulouse qui s’est imposé logiquement (26-9) avec le bonus ce samedi.

Emmenés par un grand Luke McAllister, et profitant de l’absence de plusieurs cadres castrais, les coéquipiers de Yannick Nyanga ont passé la ligne à trois reprises. D’abord par Jean-Marc Doussain, sur une percée de McAllister (8-6, 30e), ensuite par le Néo-Zélandais qui a parfaitement cadré son compatriote Daniel Kirkpatrick (21-6, 62e) et enfin par l’espoir du club, Yacouba Camara, entré quelques minutes plus tôt (26-9, 80e). Avec cette victoire, les Toulousains dépassent leurs adversaires du jour et grignotent quelques places pour se retrouver 4e. Quant au CO, il occupe la 8e place du classement.

-
- © -

Toulon - Bayonne : 18-12

C’est un petit Toulon qui s’est imposé contre Bayonne ce samedi. Grâce à ce succès, les hommes de Bernard Laporte reprennent les commandes du classement général au duo Montpellier-Toulouse, respectivement vainqueurs de Clermont et Castres. Josua Tuisova (32e) et David Smith (53e) ont marqué les deux essais de Varois qui reprennent leur marche en avant, eux qui restaient sur un revers à Castres (22-15). Le RCT n’était pas impérial à Mayol, mais suffisant pour s’offrir le scalp de courageux Bayonnais qui sont toujours restés au contact. La suite pour l’Aviron, c’est la réception de Biarritz à Jean-Dauger, samedi. Entre Bayonne, 13e, et le BO, 14e, le derby de la peur n’aura que très rarement aussi bien porté son nom.

Racing Métro 92 - Bordeaux-Bègles : 26-19

Service minimum également pour le Racing-Métro 92. Les Franciliens confirment qu’ils arrivent difficilement à creuser l’écart contre des formations pourtant à leur portée. Cinq points d’avance contre Brive lors de la 1ere journée, trois points contre Perpignan et à Bayonne, et sept points contre Bordeaux-Bègles. Suffisant pour les hommes de Laurent Labit et Laurent Travers. Marc Andreu (26e) et Jonathan Sexton (62e) pour le Racing contre Metuisela Talebula (35e) pour les visiteurs en ce qui concerne les essais. Et voilà le RM92 cinquième. Quant à l’Union, grâce à son point du bonus défensif, elle reste au-dessus de la ligne de flottaison (10e). Laurent Marty ne s'est d'ailleurs pas privé de pousser un sacré coup de gueule contre l'arbitrage à l'issue de la rencontre.

Brive-Perpignan : 31-6

Très belle journée pour Brive, qui confirme sa bonne forme à domicile. Trois matchs et autant de victoires pour les Corréziens. Cette fois, ce sont les Catalans qui sont tombés. Riaan Swanepoel (19e et 50e) et Sissa Koyamaibole (58e) ont marqué les trois essais du match, offrant du même coup le point du bonus offensif. Brive, mal en point au classement, se donne un peu d’air et compte trois points d’avance sur Bayonne, premier relégable.

A lire aussi :

>> Boudjellal : « L’exploitation du rugby a assez duré »

>> Top 14 : et maintenant, le tout-à-l’écran !

>> Top 14 : Ce qu'il faut retenir de la 6e journée

La rédaction