RMC Sport

Toulon, c’est renversant

Matt Giteau

Matt Giteau - -

Longtemps mené, le RCT a finalement arraché son billet pour les demi-finales du Top 14 en battant le Racing-Métro (17-13), samedi à Mayol. Les retrouvailles avec Clermont, le 3 juin à Toulouse, s’annoncent chaudes.

Toulon a bien failli tout perdre en une semaine. Après son échec en finale du Challenge européen samedi dernier contre Biarritz, le RCT est passé à dix minutes de dire adieu à la course au Bouclier de Brennus, ce samedi face au Racing-Métro. Finalement, Toulon s’en est bien sorti (17-13). Menés 13-0 après 33 minutes de jeu, les Varois ont réussi à renverser la tendance et retrouveront Clermont en demi-finales, dimanche prochain à Toulouse. De chaudes retrouvailles en perspective pour Mourad Boudjellal, suspendu 130 jours pour ses propos contre l’arbitrage après le match… à Clermont. Un goût très amer pour les Racingmen déjà battus à Toulon en saison régulière (32-20) après avoir mené 20-19 à la mi-temps.

Sur le terrain, les joueurs du président toulonnais ont d’abord semblé traumatisés par la défaite concédée il y a une semaine à Londres. Les Racingmen, admirables en défense, ont su instaurer le doute dans l’esprit des Varois en se montrant réalistes avec notamment un essai magnifique du revenant Benjamin Fall (0-10, 29e). Après une absence de huit mois, l’international est sorti de sa boîte pour franchir la ligne d’en-but pour la première fois depuis mars 2011. Pourtant mieux partis, les Toulonnais ont balbutié à l’image de Jonny Wilkinson à côté de la plaque avec une seule pénalité réussie sur cinq tentées.

La même demie qu’en 2010

La reprise de flambeau de Matt Giteau aux tirs a tout de suite remis les Toulonnais dans le match (3/4 aux tirs). La formidable percée de David Smith à l’origine de l’essai de Steffon Armitage a finalement permis au RCT de prendre l’avantage pour la première fois à 13 minutes du coup de sifflet final (14-13, 67e). Les nerfs varois ont encore beaucoup souffert.

Juan Martin Hernandez, sur le poteau (70e), puis Jonathan Wisniewski (77e) ont tour à tour manqué les pénalités de la gagne sous les yeux de Simon Mannix, l’ancien entraîneur des avants démis de ses fonctions en cours de saison et reconverti en consultant. Maxime Mermoz, future recrue du RCT présent à Mayol, a lui pu chavirer. Son équipe retrouvera les demi-finales face à Clermont… comme en 2010. Toulon avait perdu et Boudjellal avait déjà dérapé. Cette fois, le président, encore suspendu, manquera la fête. Mais celle-ci aurait bien pu ne pas avoir lieu sans un tel retournement de situation.