RMC Sport

Toulon : cap au sud après Laporte

Le Sud-Africain Jake White pisté par Toulon

Le Sud-Africain Jake White pisté par Toulon - AFP

INFO RMC SPORT. Pour succéder à Bernard Laporte en 2016, Mourad Boudjellal a établi une short-list sur laquelle figurent trois coaches de l’Hémisphère sud : le Sud-Africain Jake White ainsi que les Australiens Robbie Deans et Michael Cheika.

Candidat à la présidence de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte quittera ses fonctions de manager général de Toulon en 2016, à la fin de son contrat avec le club varois. Qui succèdera à l’homme qui a déjà mené le RCT à deux sacres européens (2013, 2014) et un titre de champion de France (2014) ? Selon nos informations, trois coaches de l’Hémisphère sud figurent sur la short-list de Mourad Boudjellal, le président toulonnais.

Jake White 

Une sommité. Deux fois désigné meilleur entraîneur du monde (2004, 2007). Sélectionneur des Springboks champions du monde en France en 2007, après avoir brillé à la tête des jeunes, il a tourné à 67% de victoires sur les 54 matches qu’il a dirigés au niveau international. Il a notamment fait débuter, puis exploser, un certain Bryan Habana, qui n’a pas eu souvent l’occasion de démontrer l’étendue de son talent sur la Rade et sera en fin de contrat en 2016. En club, Jake White a dirigé les Brumbies (Australie), finalistes du Super Rugby sous ses ordres en 2013, avant de rejoindre les Sharks (Afrique du Sud) en tant que directeur du rugby, un poste qu’il vient de quitter.

Si la version officielle fait état de l’envie de Jake White d’être disponible pour une mission en vue de la Coupe du monde 2015, la presse sud-africaine indique que des motifs relationnels sont à l’origine de la séparation. Proche de Bernard Laporte, qui l’admire, qui l’avait rencontré au moment de sa brève prise en main de Bayonne en 2011 et qui donnerait sa bénédiction à son arrivée, Jake White connaît déjà un peu Toulon et Mourad Boudjellal pour avoir effectué un court audit sportif en 2008. Mais sur le marché, le Sud-Africain est très cher.

Robbie Deans

Après cinq titres en Super 12-Super 14 avec les Crusaders de Dan Carter et Richie McCaw, le très réputé coach céo-Zélandais est devenu le premier sélectionneur étranger de… l’Australie, le voisin et rival ! Difficile dès lors pour l’ancien All Black (5 sélections), brièvement passé par Grenoble en 1983, de maintenir sa cote de popularité au pays du long nuage blanc. Malgré le succès au Tri Nations 2011 et la troisième place à la Coupe du monde 2011, son passage mitigé à la tête des Wallabies (2007-2013), avec 58% de victoires, n’a pas non plus soulevé l’enthousiasme en Australie, au point d’être accusé d’avoir fait diminuer l’intérêt pour le rugby à XV. Actuellement au « purgatoire » au Japon, il rêve encore d’entraîner les All Blacks, tout en faisant savoir qu’il pourrait être séduit par une aventure européenne. Problème, les relations avec Matt Giteau et les autres Wallabies expatriés (Mitchell, O’Connor) sont très froides.

Michael Cheika

Son expérience en France reste la plus décevante. Champion d’Europe avec le Leinster (Irlande) en 2009, francophone, l’Australien d’origine libanaise est précédé d’une belle réputation à son arrivée aux commandes du Stade Français en 2010. Mais dans un club en déconfiture, la greffe ne prend pas et il n’est pas reconduit en 2012. Il avait notamment été en conflit ouvert avec Mathieu Bastareaud, qui avait obtenu d’être libéré pour signer à… Toulon, en 2011. Comme Ewen McKenzie, lui aussi en difficulté à Paris avant de revenir en Australie pour remporter le Super 15 (2011) puis entraîner les Wallabies, Michael Cheika a pris une belle revanche au pays en décrochant le Super 15 en 2014 avec les Waratahs, où évolue la pépite Israel Folau (voir ci-dessous). Il serait aujourd’hui ardemment courtisé par l’Argentine. 

Trois All Blacks et un Springbok en négociations

Alors que Mourad Boudjellal s’évertue à préparer l’après-Laporte, le président du RCT est aussi sur le front des renouvellements de contrats, mais également du recrutement pour la saison post-Coupe du monde 2015. On connait désormais la composition des quatre fantastiques, l’idée lancée par Mourad Boudjellal au lendemain de la victoire en H Cup en mai dernier. Quatre fantastiques qui pourraient être plus nombreux à en croire des sources australiennes. En l’état actuel des négociations, Dan Carter devrait signer un contrat d’image avant même d’arriver comme joueur. Ben Smith (28 ans, 15 essais en 34 sélections), la machine à marquer des essais chez les All Blacks, est en train de négocier, ainsi que le centre Ma’a Nonu (32 ans, 26 essais en 92 sélections) et le tank sud-africain Wilhem Alberts (28 ans, troisième ligne, 25 sélections, 6 essais, 1m92 pour 120kg). En plus de ces quatre fantastiques, les Australiens Israel Folau et Kurtley Beale ne sont pas insensibles aux sirènes toulonnaises pour 2016.

LP avec LD