RMC Sport

Toulon: Serin critique le calendrier infernal, "un rythme de footeux avec les contacts en plus"

A la veille d’une rencontre importante pour le RCT dans la course au top 6, ce mardi à Montpellier (21h), le capitaine Baptiste Serin a regretté le rythme imposé par les calendriers, alors que son équipe enchaîne trois matchs en sept jours.

RCT-Toulouse samedi (44-10). Puis Montpellier-RCT mardi (21h) et Clermont-RCT samedi (21h05). En une semaine, Toulon aura enchaîné trois rencontres de haut niveau en Top 14, des matchs qui pourraient continuer à laisser des traces sur des organismes déjà fatigués. Un rythme effréné qui inquiète le capitaine du RC Toulon, Baptiste Serin (26 ans), préoccupé pour la santé des joueurs du championnat.

"Ce qui me préoccupe le plus, c’est la santé des joueurs, que ce soit pour Montpellier ou pour nous, a regretté le demi de mêlée, ce lundi en conférence de presse. J’ai eu mon père au téléphone tout à l’heure qui me disait: « Faites attention, c’est un rythme de footeux que vous avez, mais un rythme de footeux avec les contacts en plus ». On ne fait pas attention à nous, à notre santé, tout simplement."

"Il va y avoir des problèmes d’effectif"

La fin de saison s’annonce intense pour les places qualificatives aux phases finales, alors que la cinquième position de Toulon est encore loin d’être validée. Mais le RCT doit, comme le reste des équipes, enchaîner les rencontres après les reprogrammations provoquées par la pandémie, et faire avec un calendrier devenu infernal.

"Jouer tous les trois jours, ça met la santé des joueurs en porte-à-faux. Tout le monde s’était engagé à ce que personne ne joue en semaine, résultat, on joue en semaine, poursuit l’international tricolore. Il va y avoir des problèmes d’effectif ou des rotations qui vont permettre potentiellement à nos concurrents directs d’avoir des matchs plus abordables. On ne peut pas demander à tous les clubs d’être à fond à tous les matchs, même en semaine, et après se plaindre de la qualité. J’aurais préféré qu’on étale un peu plus le championnat, comme ça les équipes auraient eu libre choix de faire du turn over ou non, et les joueurs auraient eu plus de récupération."

Après la défaite samedi de la Rochelle à Montpellier (32-22), le demi d’ouverture Jules Plisson avait déjà pointé du doigt la succession des matchs, et son impact sur les organismes. Invité des Grandes Gueules du Sport, le directeur du rugby à Montpellier Philippe Saint-André avait lui aussi fait part de sa colère.

Romain Daveau Journaliste RMC Sport