RMC Sport

Toulouse-Clermont : Un sommet en forme de thérapie

Clément Poitrenaud

Clément Poitrenaud - -

Amoindri et moins fringant cette saison, Toulouse n’aborde pas dans les meilleures conditions la réception du leader Clermont (20h45). La victoire est pourtant impérative pour des Rouge et Noir au statut fortement égratigné en ce moment.

« Les années de domination sans partage, je ne sais pas si elles ont existé un jour, mais elles sont terminées depuis pas mal de temps maintenant. » Le ton sans amertume, le verbe clair, Clément Poitrenaud parle de son Stade Toulousain, celui dont il a toujours défendu les couleurs. Et le discours se veut lucide. « Il y a de plus en plus d’équipes qui peuvent prétendre à être tout en haut et à gagner le titre de champion de France » poursuit l’arrière-trois quart centre international. Ce qui n’était pas vraiment le cas avant. Avant, il y avait le Stade Toulousain et les autres. Une hégémonie qui semble loin aujourd’hui. « Pour moi, ce qui s’est passé dans les 20 dernières années, c’est magnifique bien évidemment et personne ne peut dire qu’il en a fait autant, admet Jean-Baptiste Elissalde. Mais voilà, aujourd’hui, la concurrence s’est renforcée. »

Comme celle de Clermont, actuel leader du Top 14, fort de neuf longueurs d’avance sur Toulouse. Un gouffre que les hommes de Guy Novès devront absolument combler ce dimanche sur leur pelouse d’Ernest-Wallon (20h45)… sous peine d’entretenir une 5e place anonyme au classement. Leaders avant les tests de novembre, les Rouge et Noir n’ont ensuite pris que 9 points en 5 matches (trois défaites dont une avec bonus défensif, deux victoires). Les causes ? La forte propension d’internationaux concernés par les tests. Et les blessures, aussi, dont a hérité par la suite le Stade Toulousain. « Cette année on joue un peu de malchance, concède Clément Poitrenaud. On a des blessés à des postes-clés. On a toujours aussi pas mal d’internationaux qui s’en vont. Autant on arrivait à bien gérer ça il y a quelques temps… mais là ça devient difficile, ce n’est pas simple. »

Poitrenaud : « Notre saison n'est pas mauvaise »

Pas simple en effet de composer sans Vincent Clerc, blessé en fin de saison dernière et en pleine phase de reprise, Grégory Lamboley (saison terminée), Luke McAlister (absent depuis octobre, retour en mars) et, récemment, Florian Fritz (deux mois d’arrêt pour une chute en moto avec bras cassé et luxation de l’épaule). Pas simple non plus de réciter ses gammes quand la conquête et le jeu toulousains sont aux abonnés absents, comme ce fut le cas à Bayonne la semaine dernière face à l’Aviron (21-13). « On est conscient que le contenu des matchs est faible dans beaucoup de domaines, et beaucoup trop d’ailleurs, insiste l’entraîneur des avants Jean-Baptiste Elissalde. Surtout, il n’y a pas un domaine qui rattrape l’autre. »

Pour autant, pas question de noircir le tableau. « On est toujours dans les six premiers, on a toujours notre destin entre les mains si on bat les Saracens à domicile (en H Cup, ndlr). On recevra certainement le quart de finale à domicile, ce qui n’est pas arrivé depuis de nombreuses années à Toulouse, donc notre saison n’est pas mauvaise, loin de là, rappelle Poitrenaud. Ce qui est certain c’est que la qualité de notre rugby n’est pas au rendez-vous et est surtout trop irrégulière pour vraiment accumuler de la confiance. » La réception de Clermont n’est pas forcément de nature à leur en donner. Bien que les quatre dernières visites des Auvergnats à Ernest-Wallon se soient toutes soldées par des défaites. « On va être attendus par notre public et les gens qui poussent derrière nous, rappelle le troisième ligne aile Yannick Nyanga. Et on a envie de montrer que le Stade Toulousain est encore là et que quand il s’en donne les moyens, il est toujours au niveau. » Ce serait, en l’état, une sacrée réponse donnée à ses détracteurs.

A lire aussi :

>> Toulon et Boudjellal « douchés-coulés » par Grenoble

>> Kockott, Wilkinson, Laporte, Michalak : Boudjellal fait le point

>> L'actu du Top 14

A.D avec W.T à Toulouse