RMC Sport

Toulouse souffle, Montpellier se relève

Yannick Nyanga

Yannick Nyanga - -

Montpellier a lancé sa saison contre Clermont (13-8), qui repart tout de même avec le bonus défensif. Un Toulouse remanié a longuement peiné contre Mont-de-Marsan (37-22). Bayonne s’est rassuré contre le Stade Français (24-11).

Montpellier au courage
Montpellier a été bien payé. Incapables de prendre le jeu à leur compte et dominés par Clermont la plupart du match, les Montpelliérains ont fait le dos rond, surfant sur un réalisme maximal et une solidarité à toute épreuve. La maladresse des trois buteurs Parra, James et Floch (0/4 en 1ère mi-temps) a permis aux protégés de Fabien Galthié de rester dans le match. Même un carton jaune pour le centre du MHR Carraro (22e) et un essai de Fofana, bien servi par Rougerie, auteur d’un cadrage-débordement d’école (3-5, 33e) n’ont pas mis les « Jaunards » sur les bons rails. David Skrela a dû sortir sur blessure tôt dans le match et Domingo a offert un essai à l’ailier héraultais Bérard en fin de première période (10-5, 38e).

Le passage aux vestiaires a métamorphosé les locaux. Capables de tenir le ballon et enfin entreprenants, les coéquipiers de Ouedraogo ont fait sortir les Clermontois de leur match. Cudmore a réalisé un plaquage à l’épaule inexplicable sur Ladhuie en dehors du jeu (49e) avant que Sivivatu ne découpe Paillaugue, auteur d’une relance fabuleuse (51e). Même motif, même punition, les deux hommes ont été envoyés « au frigo » pour 10 minutes. Le vent a empêché les deux buteurs de capitaliser, même si Paillaugue est parvenu à faire bouger la marque (13-5, 55e). L’intensité du match est alors tombée. Mais en insistant, l’ASM a réussi à décrocher le bonus défensif sur pénalité et sur la sirène après avoir cru aller à dam par le revenant Nalaga et ses jambes de feu, puis ses avants (13-8).

Bayonne à l’économie
Le Stade Français a fait honneur à sa réputation. Douze fois défaits l’an passé sur treize rencontres loin de leurs bases, les Parisiens sont répartis bredouilles du Pays Basque malgré des intentions de jeu manifeste. Constamment pénalisés au sol, les hommes de David Auradou ont donné le bâton pour se faire battre. Maladroit la semaine dernière à Jean-Dauger, le buteur bayonnais Potgieter a cette fois parfaitement réglé la mire, transformant les 5 pénalités qui lui étaient offertes en première période (15-3, 40e +1). L’essai magnifique de Parisse au retour sur le pré (15-8, 43e) a laissé espérer les joueurs de la capitale mais leur indiscipline a tout gâché, à l’image du carton jaune reçu par Lavalla (64e). Potgiter a enquillé sans sourciller, bien relayé par Garcia en fin de match (24-11).

La frustration castraise
Grenoble a fait déjouer Castres pendant 37 minutes, en première période. Le CO n’est jamais parvenu à écarter au large pour développer des attaques dignes de ce nom, même en supériorité numérique après le carton jaune infligé au centre grenoblois Buto (23e). Les buteurs Kockott et Darbo se sont donc livrés un duel avant que le pack castrais ne mette au supplice son homologue, obtenant un essai de pénalité (16-6, 37e). Au retour sur la pelouse de Pierre-Antoine, le CO a mis un coup d’accélérateur. Le troisième ligne Bornman a pris l’intervalle pour aller pointer (23-6, 42e) avant que les gros du Tarn ne reprennent le dessus sur ceux d’Isère. Le Grenoblois Veyret s’est retrouvé puni 10 minutes avant que M. Lafon n’accorde un nouvel essai de pénalité synonyme de bonus offensif pour les hommes de Laurent Travers et Laurent Labit (30-6, 65e). Ce fut sans compter sur la bêtise de Wannenburg, expulsé pour deux cartons jaunes 12 minutes après son entrée (79e). Le CO est déstabilisé, encaissant un essai assassin par Veyret après la sirène (30-13, 80e +1) qui le prive du bonus.

Toulouse a senti le vent du boulet
Mont-de-Marsan n’est pas passé loin d’un authentique exploit, faisant plus que résister au Stade Toulousain, double champion de France en titre et invaincu depuis 30 matches à Ernest-Wallon. Les Hauts-Garonnais ont pourtant bien commencé, passant deux fois la ligne d’en-but sur ballon porté par Poux (3e) puis Clerc au terme d’un beau mouvement (14-6, 14e). Jusque-là maladroits malgré de belles intentions les hommes de Stéphane Prosper n’ont rien lâché, trouvant la faille par le centre Dubié et la mire par Duvallet pour rentrer en tête aux vestiaires (17-19). Combinées à la sortie sur blessure de Mc Allister, ces difficultés ont fait craindre le match piège. Sur un nouveau groupé pénétrant gagnant, Lacombe a remis les siens dans le bon sens (27-22, 66e), imité par Picamoles tout en puissance (34-22, 75e). Les cartons jaunes reçus par Tastet (66e) et Pic en fin de match ont sonné le glas des espoirs landais et offert un point de bonus inespéré aux Toulousains (37-22), provisoirement leaders.

Baraqué, ce Biarritz

Le coup de force de Toulon

Bastareaud : « Il faut continuer sur cette dynamique »

Jérôme Carrère