RMC Sport

Wisniewski : « Je ne suis pas passé loin de la catastrophe »

Jonathan Wisniewski

Jonathan Wisniewski - -

Jonathan Wisniewski était l’invité du Moscato Show sur RMC. Sérieusement blessé aux cervicales le week-end à Clermont, l’ouvreur du Racing Métro 92 estime que le rugby devient de plus en plus dangereux.

Jonathan, comment allez-vous après votre blessure face à Clermont ?

Ça va plutôt bien. On va être plutôt optimiste. Les premières nouvelles n’étaient pas du tout rassurantes. Le chirurgien était très inquiet. Il était déjà très content que je sois debout, sur mes jambes. On va positiver. Je vais être opéré, avec l’objectif de revenir le plus vite possible sur les terrains. Ça devrait mettre quatre mois à peu près.

Vous aviez deux doigts paralysés en sortant du terrain…

J’ai la tête qui est partie en hyper-extension. J’ai deux vertèbres qui ont comprimé un disque. Ça a fait une hernie qui est rentrée dans le canal de la moelle épinière. Ce n’est pas passé loin de la catastrophe. Si j’ai bien compris, ils vont retirer le disque où il y a la hernie, mettre une plaque et visser les deux vertèbres. Il y aura un peu moins de souplesse mais plus de solidité.

Le rugby devient-il de plus en plus dangereux ?

On s’est posé la question entre joueurs. Depuis le début de la saison, on n’a pas le sentiment qu’il y a beaucoup de déchirures musculaires, mais il y a des blessures très graves. Chez nous, il y a aussi Benjamin Dambielle (rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, ndlr). On a revu les images du match. C’est de plus en plus engagé. Les premiers quarts d’heure sont de plus en plus intenses. Chaque équipe veut marquer physiquement son adversaire. On se rend compte que ça devient de plus en plus dangereux.