RMC Sport

Zéba Traoré : « A la frontière de l’éthique »

Gravement blessé dans le passé, l'ailier international n'ignore pas que l'enchaînement des matchs impose un rude effort.

Gravement blessé dans le passé, l'ailier international n'ignore pas que l'enchaînement des matchs impose un rude effort. - -

Préparateur physique du Stade Toulouse, Patrice Zéba Traoré décrypte la période charnière durant laquelle les joueurs du Top 14 vont enchaîner les matchs sans grande période de récupération. Un discours à la fois clair et très instructif.

Patrice Zéba Traoré, comment appréhende-t-on cette période avec trois matchs en huit jours ?
La grosse difficulté est de spéculer et anticiper. Mais la spéculation et l’anticipation viennent de très loin. On ne sait jamais exactement dans quel état vont se retrouver les joueurs à cette période là. Quand on a eu l’opportunité d’avoir une semaine de repos qui s’enchaîne sur dix jours à haute intensité, on ne sait pas comment on récupère les joueurs. Mais surtout, nous sommes quasiment obligés de donner des solutions quasiment en temps réel parce que chaque joueur nous amène un problème différent.

On ne peut en tout cas pas leur demander de jouer avec le frein à main…
Non, bien entendu. C’est là où nous sommes à la frontière de l’éthique. Le frein, c’est la blessure. Quand on voit l’intensité et la quantité des matchs qui s’enchaînent, le bouton stop, c’est souvent la blessure. Tous nos efforts se tournent pour trouver l’alchimie qui va permettre d’avoir le bon volume d’entraînement, la bonne rotation, la bonne quantité tolérée par le joueur en terme de matchs enchaînés. Tout cela en gardant en tête qu’on doit gagner tous les matchs parce que la formule des barrages impose des nouveaux efforts à encaisser.

La récupération est donc primordiale…
Peu importe la charge de travail qu’on peut encaisser, si on ne la digère pas pour la rendre utile, elle ne sert à rien. Un joueur à ce niveau d’intensité va s’adapter, mais à quel prix et à quelle solution on doit recourir pour y arriver. On passe des heures à trouver la solution pour que le joueur supporte la charge et ne souffre pas d’un problème qui pourrait le poursuivre la fin de saison ou toute sa carrière.