RMC Sport

France-Italie (VI Nations): Parisse: "Les surprises peuvent arriver"

Sergio Parisse

Sergio Parisse - AFP

Capitaine aux 114 sélections, Sergio Parisse a longtemps hésité avant de rempiler avec l’équipe d’Italie. Finalement, c’est aux commandes d’une Squadra rajeunie qu’il abordera ce Tournoi 2015 samedi (15h25) contre la France. Entretien avec le plus français des Transalpins.

Sur le niveau de l’Italie

« On n’a pas eu de bons résultats ces deux dernières années. On n’est pas au sommet de notre niveau. C’est la réalité. C’est pour ça qu’un match contre la France est important pour montrer qu’on mérite d’être dans cette compétition. On a envie de relever ce challenge contre la France. Ça va être une chance de défier une telle équipe de France. Il y a la volonté de bien débuter ce Tournoi avec les jeunes joueurs italiens. Ça ne sert à rien de dire s’ils sont prêts ou pas en conférence de presse. La réponse est sur le terrain. Au niveau de l’enthousiasme et de l’envie, ils sont plus que prêts. Ils sont déterminés. Ils vont être confrontés à la difficulté. Mais ça fait partie du parcours de n’importe quel joueur. Moi aussi, quand j’ai commencé, je n’étais pas si bon que ça. J’ai appris de mes erreurs. J’espère que c’est le début d’une longue carrière internationale pour eux. »

Sur le statut et le style de la France

« C’est normal que personne n’attende l’Italie. Tout le monde attend de voir de quelle manière va jouer la France et quel style Guy Novès veut mettre en place. Mais on s’en fout. On pense à nous et à notre tournoi. On sait qu’on n’est pas favoris. Mais il ne faut pas être un génie pour le savoir. Par le passé, on a montré que, même n’étant pas favoris, on a pu gagner contre la France. Nos chances sont très faibles, mais il faut jouer les matches. Les surprises peuvent arriver. C’est important de faire une bonne performance. On est concentrés sur nous-mêmes. »

Sur les retrouvailles entre Parisiens du Stade Français

« Ce matin (vendredi), j’ai souhaité bonne chance à Jules Plisson et John (Jonathan Danty) qui va jouer son premier match. Je suis content pour eux que j’ai vu grandir. Leur sélection est méritée. Je suis content pour eux. Maintenant, on porte deux maillots différents. Je leur souhaite bonne chance. On est copains au club, on reste copains sur le terrain. Mais sur ce match, chacun défendra les chances de son pays. »

Sur les séquelles du 13 novembre

« On en parle, même si ce n’est pas le sujet principal de la semaine. Les journalistes italiens m’ont posé les premières questions de la conférence de presse sur ce sujet. Comme j’habite à Paris, mes coéquipiers m’ont demandé quelle était la situation ici, comment on vivait à Paris depuis ce qu’il s’est passé en novembre. C’est le premier évènement au Stade de France, mais je sais que le système de sécurité est mis en œuvre pour que le match se déroule en pleine sérénité. Nous sommes les acteurs. Notre objectif est de donner un bon spectacle pour que tout le monde voit un beau spectacle entre la France et l’Italie. »

P.Taisne