RMC Sport

Harinordoquy : « On aime affronter l’Ecosse »

-

- - -

Le troisième ligne de Biarritz aborde ce Tournoi des VI Nations avec sérénité. Et un premier match face à un XV du chardon qui aime ouvrir le jeu n’est pas pour lui déplaire.

Imanol Harinordoquy, comment abordez-vous ce premier match face à l’Ecosse ?
C’est une équipe qui n’a rien à perdre et qui sort d’une très belle saison rugbystique avec un très beau Tournoi l’an dernier (une victoire et un match nul, pour trois défaites, ndlr). Elle aurait pu remporter plusieurs matches. En novembre, elle a joué décomplexée et elle a battue l’Afrique du sud (21-17). Il va falloir faire preuve de beaucoup de détermination et d’application. On aime les affronter, car les Ecossais ne ferment pas le jeu.

Comment prépare-t-on le Tournoi une année de Coupe du monde ?
Dans l’approche, ça ne change pas grand-chose, sinon qu’on a peut-être envie de montrer aux autres équipes qu’il va falloir compter avec nous. En 2003, il n’y avait pas beaucoup d’enseignements à tirer du Tournoi. Mais au final, l’équipe de France a montré un tout autre visage en Coupe du monde (le XV de France a été demi-finaliste, ndlr). En 2007, on a gagné le Tournoi et on a eu un début de Coupe du monde compliqué, avant de nous rattraper (la France a encore atteint les demi-finales, ndlr). Je ne suis pas sûr qu’on puisse tirer des enseignements du Tournoi.

L’équipe à battre, ce sera quand même l’Angleterre…
On pense d’abord à l’Ecosse. L’Angleterre, ce n’est que le troisième match. C’est vrai que c’est l’équipe qui nous a souvent barré la route en Coupe du monde. On a conjuré le sort l’an dernier en les battant sur le dernier match du Tournoi, même si ça a été compliqué. Mais on ne se focalise pas là-dessus. Aujourd’hui, on a suffisamment de travail à mener sur nous-mêmes.