RMC Sport

Knysna, Nouvelle-Zélande, même combat ?

-

- - -

Traumatisé par la Coupe du monde des footballeurs en Afrique du Sud, le sport français ne veut pas vivre pareille mésaventure avec les rugbymen, dont le Mondial se déroulera à l’automne.

Les internautes s’en donnent à cœur joie. Rarement un match de rugby n’aura autant déchaîné les passions. Il n’y a qu’à se promener sur la Toile pour comprendre à quel point le revers en Italie (22-21) a ulcéré les fidèles du maillot bleu. Echaudés par la Coupe du monde des footballeurs, les fans de sport français ne veulent pas vivre pareille mésaventure en Nouvelle-Zélande en septembre. « Je n’ai pas envie qu’on écrive un Knysna bis, note Chantal Jouanno, ministre des Sports. On n’est pas dans la même situation. Marc Lièvremont n’est pas isolé. Maintenant, nous sommes tellement près de l’échéance qu’il ne faut pas le laisser tomber. »

Entraîneur des avants à Toulouse, l’ancien international Yannick Bru abonde : « Le naufrage du football dépassait le cadre du sport. Dans un contexte social difficile, le pays a mal compris les décisions de joueurs qui vivent dans un grand confort. Pour le rugby, ça reste une méforme. Il ne faut pas faire d’amalgame. » On imagine en effet très mal les Dusautoir, Servat ou encore Clerc refuser de descendre d’un bus, mais la fracture qui semble s’opérer entre le public et cette équipe d’une part, entre certains joueurs et le staff de l’autre, laisse craindre le pire. « Que se passe-t-il en interne ? La confiance est-elle intacte entre Lièvremont et ses dirigeants ? Entre les joueurs et l’entraîneur ? Pour amener les joueurs à la guerre, il faut qu’ils croient en vous et vous respectent », prévient Guy Novès, manageur du Stade Toulousain.

Car de l'intérieur, les joueurs se plaignent de ne pas assez s'entraîner. Ils stigmatisent également le contenu des séances. A la mi-temps samedi, Lièvremont, abasourdi par la tournure de la rencontre, a bien tenté l’autogestion en lâchant à ses trois-quarts : « Maintenant, vous faites comme vous le voulez, car les solutions, je ne les ai pas. » Cela ne vous rappelle rien ? Pour pousser la ressemblance avec Raymond Domenech, Lièvremont accumule les records : plus grande défaite contre l’Afrique du sud (juin 2010), contre l’Argentine (juin 2010), contre l’Australie et à domicile (novembre 2010). Il semble perdu dans les choix des hommes. Où plutôt a-t-il pris le parti de se priver des joueurs de caractère que sont Bastareaud, Dupuy, Fritz ou Picamoles. Ceux-là même qui pourraient aujourd’hui le sortir de cette misère.

Les joueurs provoquent une réunion

Marc Lièvremont a-t-il raison de craindre les critiques, même constructives, de son groupe ? « Il faut que l’entraîneur ait une personnalité assez solide pour ne pas sentir attaqué quand un joueur de haut niveau vous propose quelque chose de différent », éclaire Novès. Dimanche soir, les joueurs de l’équipe de France ont ainsi parlé à leur entraîneur. Quelques cadres, tels que Bonnaire, Clerc, Dusautoir, Servat ou encore Rougerie (avant son départ) ont tenté d’ouvrir le dialogue. Le thème : le projet de jeu. Le but : tenter de faire changer d’avis leur sélectionneur sur certaines certitudes tactiques. Les joueurs n’auraient pas « lâché » leur coach mais demanderaient plus d’échanges et d’ouverture. Là aussi la comparaison avec les « footeux » de l’équipe de France est troublante : ils avaient tenté fin 2009 d’infléchir les opinions de leur sélectionneur.

Certains agents ont par ailleurs recommandé à leurs joueurs de ne pas s’exprimer dans les médias cette semaine. Ils se contenteront des points-presse à Marcoussis afin de ne pas subir les remontrances de Lièvremont en cas de sortie médiatique. Ces agents ont même annulé des séances de publicité. Ambiance... Lièvremont regrette-t-il d’avoir conforté son groupe pour la Coupe du monde ? « Je vous l’avais dit. Le groupe vit bien. Peut-être trop bien », a-t-il lâché. Premier entraîneur à perdre contre l’Italie dans le Tournoi, l’ancien troisième-ligne est un homme touché. La réaction de ses garçons contre le pays de Galles en dira plus quant à leur véritable soutien à son égard.

P.Ta. avec A.A. et W.T.