RMC Sport

L’Irlande en son jardin relifté

Aviva Stadium

Aviva Stadium - -

Lansdowne Road vibrera à nouveau à l’occasion de la réception de la France, dimanche (16h). Visite guidée en compagnie des Clermontois du XV tricolore, déjà passés par le temple rénové du rugby irlandais.

Vieil habitué des lieux, Aurélien Rougerie vouait une tendresse particulière au petit train de banlieue et sa cloche joyeuse, dont les arrêts à « Landowsne Road-Train Station » égayait les après-midi de match. En visite à Dublin avec Clermont au mois de décembre pour un match H-Cup perdu face au Leinster (24-8), le centre du XV de France s’est senti un peu perdu : « Je cherchais le train, pour savoir derrière quelle tribune il passait... Je me suis complètement trompé ! Soit j’ai un sens de l’orientation totalement défaillant, soit les repères ne sont plus du tout les mêmes… »
Rebaptisé pour dix ans « Aviva Stadium » à la faveur d’une opération de sponsoring avec la compagnie d’assurance, le nouvel écrin du rugby irlandais, dont le premier édifice fut bâti en 1872, affiche désormais 52 000 places assises. Délesté de ses fameux piliers, la vue sur le pré est imprenable, signe de deux ans d’intense rénovation. Il ne faut cependant pas s’y tromper, en pénétrant dans ce nouveau temple de l’ovalie, impossible d’oublier où l’on pose les pieds. « Tu sais où tu arrives, se rappelle le Clermontois Julien Pierre. Tous les sièges sont verts ! » Ironie de l’histoire, le joyau n’a pas encore pu donner sa pleine mesure. Victime d’une politique tarifaire prohibitive lors des tests de novembre, le Lansdowne Road nouveau affichera pour la première fois complet lors d’un match du XV du trèfle.

Parra : « On s’attend à une grosse ambiance »

Initié à la ferveur irlandaise dans l’antre de Croke Park, jardin d’O’Driscoll et sa bande pendant les travaux, Morgan Parra redoute la ferveur de tout un peuple. « C’est un très beau stade. On l’a joué avec Clermont et il n’était pas complet. Mais ce n’était pas l’équipe d’Irlande… On s’attend à une grosse ambiance là-bas. »
Revenue d’Italie avec une victoire étriquée en bandoulière (11-13), l’Irlande espère enfin décoller dans son nouveau stade après une tournée de novembre mitigée marquée par deux défaites face à l’Afrique du Sud (21-23) et la Nouvelle-Zélande (18-38). Seul pays du tournoi avec l’Italie à ne pas posséder son propre outil dédié au rugby, la France regardera sans doute avec envie une arène chauffée à blanc par 50 000 poitrines. Mais tentera de retarder pour 80 minutes au moins le début d’une nouvelle belle histoire irlandaise…