RMC Sport

Lièvremont : « On assumera »

Thomas Lièvremont a livré sa première sélection

Thomas Lièvremont a livré sa première sélection - -

Marc Lièvremont lancera face à l’Ecosse, dimanche, à Edimbourg, quatre nouveaux joueurs pour l’ouverture du tournoi des VI Nations.

Marc Lièvremont, vous avez tenu parole, quatre nouveaux joueurs (Lionel Faure, Julien Brugnaut, François Trinh-Duc et Julien Malzieu) découvriront l’équipe de France, dimanche, à Edimbourg, face à l’Ecosse.
Les jeunes ne sont pas là pour faire de la figuration. On veut les voir évoluer. On voulait également un panachage entre les anciens et les nouveaux. Depuis trois jours, on parle beaucoup de confiance aux joueurs, d’initiatives. Pour le moment, on est ravi de leur implication, de ce qu’on voit sur le terrain. Nous avons pleinement confiance en eux.

François Trinh-Duc sera donc l’ouvreur du XV de France. C’est un choix audacieux.
De toute façon, il faut bien le voir jouer à un moment ou un autre. Est-ce qu’il aurait été plus cohérent de le faire démarrer à Paris ? Est-ce qu’il aurait été préférable de le laisser sur le banc ? Pour nous, c’est une bonne chose de le faire démarrer avec Jean-Baptiste Elissalde, un joueur dont on connaît l’expérience et le talent. Il aura également Damien Traille à ses côtés. C’est pour cela que nous sommes confiants.

Qu’allez-vous demander à vos joueurs avant ce premier match ?
De s’engager, de jouer, de prendre des initiatives, de se livrer. C’est ce qu’on leur déjà depuis trois jours. Une chose est sûre, on assumera leurs erreurs. Les joueurs ont le droit de se tromper, c’est comme ça qu’on progresse. Il est évident que François, qui joue à un poste important, risque de se tromper certaines fois. Mais ce n’est pas grave.

Personnellement, comment vous sentez-vous avant ce baptême du feu ?
Je suis impatient d’y être. On a envie de voir les joueurs sur le terrain. On peut imaginer qu’il y aura du stress, de l’excitation et de l’émotion. Retrouver l’équipe de France après l’avoir vécu comme joueur, c’est assez exceptionnel.

La rédaction - Pierre Dorian