RMC Sport

Lièvremont : « Un challenge excitant »

-

- - -

Pour cette finale du Tournoi des VI Nations face au Pays-de-Galles, Marc Lièvremont a décidé de s’appuyer sur une équipe expérimentée.

Marc Lièvremont, avez-vous rencontré des difficultés pour composer ce XV de France ?
Oui, ça a été compliqué. Ca l’est d’ailleurs souvent, le débat est généralement animé. C’est viril mais correct. On arrive très vite à s’entendre mais c’est vrai que sur certains postes, c’est un peu plus compliqué. Nous disputons en plus le dernier match du tournoi. Quand on joue ce type de rencontre, on sait très bien que les absents sont déçus. C’est tout à fait légitime. En tout cas, l’équipe alignée face à Cardiff n’est pas une synthèse du tournoi. Sinon, cela signifie qu’on aligne la meilleure équipe du tournoi hors je me refuse d’aller vers ce genre d’affirmation. Elle est peut-être un peu plus expérimentée que les précédentes.

Qu’est-ce qui vous a poussé à sélectionner Jean-Baptiste Elissalde ?
Ca fait partie des choix compliqués. J’apprécie Jean-Baptiste et Dimitri Yachvili, ils sont tous les deux excellents et aussi très différents. Jean-Baptiste a réalisé un très bon début de tournoi, il a favorisé l’installation de notre rugby, la cohésion entre les joueurs. Concernant Dimitri, j’ai le sentiment qu’il a besoin d’un peu plus de temps pour s’affirmer et être en confiance. Pour vivre cet événement face aux Gallois, c’est ce genre de petits détails qui a fait la différence entre les deux joueurs. Mais nous n’avons aucune certitude.

Les deux premières lignes ont été reconduites. Pourquoi ?
Il faut reconnaître que nous avons souffert dans ce secteur. Nous sommes en pleine construction dans la conquête, en touche, en mêlée. Au talonnage, Szarzewski est le fer de lance de ce paquet d’avant depuis le début de la saison. On connaît aussi les qualités de Servat, il peut nous apporter énormément quand il rentre. C’est la même chose pour Nicolas Mas qui semble être à droite le plus à même de relever le combat de la mêlée. Nous sommes enfin ravis du comportement de Fabien Barcella. Il mérite de continuer, tout comme Jérôme Thion.

Pour remporter le Tournoi, vous devez battre les Gallois avec 20 points d’écart. Vous y croyez ?
J’ai entendu parler de ces 20 points après l’Italie. De notre côté, nous n’avions rien calculé. On peut regretter notre défaite contre l’Angleterre, cela nous empêche de jouer le Grand Chelem. Mais le challenge reste excitant. Nous avons utilisé de nombreux joueurs et on peut penser qu’on aurait marqué plus de points en jouant avec une équipe type. Mais nous assumons nos choix.

La rédaction - Laurent Depret