RMC Sport

Saint-André : « Dusautoir, c’est un Indien »

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - -

Philippe Saint-André a décidé de titulariser Thierry Dusautoir face à l’Italie dimanche lors du Tournoi des VI Nations, à Rome. Le sélectionneur du XV de France est convaincu qu’il peut toujours s’appuyer sur l’ancien capitaine des Bleus.

Philippe Saint-André, vous avez maintenu votre confiance à de nombreux joueurs présents au mois de novembre pour affronter l’Italie dimanche…

Oui, on a souhaité avoir de la cohérence par rapport à ces tests-matchs et aux blessures du moment. On a besoin de bien entrer dans cette compétition. Le match contre l’Italie n’est pas facile. On va jouer au stade olympique de Rome devant 70 000 personnes. Les Italiens progressent, s’améliorent d’année en année. On connaît le résultat d’il y a deux ans (défaite 22-21). A nous de bien nous préparer.

Vous avez finalement décidé de titulariser Thierry Dusautoir…

Cela fait pratiquement dix mois qu’il n’a pas remis le maillot de l’équipe de France. On a vu sur ses deux dernières performances avec le Stade Toulousain qu’il est en train de retrouver la forme. Il l’a aussi prouvé en début de stage. On a vu son envie, sa férocité dans le un contre un, dans le plaquage, le nettoyage. Or en Italie, on devra être féroce dans le combat. Les Italiens conservent bien le ballon. On devra donc être bien organisé défensivement. L’expérience, la férocité et l’envie de Thierry Dusautoir risquent d’être importantes dimanche.

Vous parlez à vos joueurs de chefs et d’Indiens. Aujourd’hui, Thierry Dusautoir est-il un chef ou un Indien ?

C’est un soldat, donc c’est un Indien. Il est content d’être de retour, heureux d’être là. Il est souriant et apprécie chaque seconde. Il connaît la règle du jeu. Il a été capitaine. Pascal (Papé) peut compter sur lui.

Mathieu Bastareaud sera sur le banc. Est-ce une façon de le protéger ?

Oui. On reste cohérent sur une paire de centres qui a débuté les trois tests de novembre (Maxime Mermoz et Florian Fritz, ndlr). Mathieu est en pleine forme. Il est puissant et peut apporter énormément en fin de match, quand les organismes sont un peu fatigués. Si on lui donne du temps de jeu, il aura envie de montrer que sa présence en équipe de France n’est pas le fruit du hasard.

Le fait d’avoir perdu en Italie il y a deux ans peut-il permettre d’éviter un excès de confiance ?

Oui. Dans ce VI Nations, si tu respectes moins une équipe, tu passes à la trappe. C’est une compétition difficile, atypique. Combien de fois l’Angleterre, qui jouait le Grand Chelem, a chuté face à l’Ecosse qui, elle, jouait la cuillère de bois ? On veut une cinquième victoire d’affilée.

Le titre de l'encadré ici

La composition du XV de France face à l'Italie :|||

Huget (Stade Toulousain) - Fofana (Clermont), Fritz (Stade Toulousain), Mermoz (Toulon), Fall (Racing-Métro) - (o) Michalak (Toulon), (m) Machenaud (Racing-Métro) - Dusautoir (Stade Toulousain), Picamoles (Stade Toulousain), Ouedraogo (Montpellier) - Maestri (Stade Toulousain), Papé (Stade Français, cap) - Mas (Perpignan), Szarzewski (Racing-Métro), Forestier (Castres)

Remplaçants : Kayser (Clermont), Debaty (Clermont), Ducalcon (Racing-Métro), Taofifenua (Perpignan), Chouly (Clermont), Parra (Clermont), Trinh-Duc (Montpellier), Bastareaud (Toulon)

Propos recueillis par Laurent Depret