RMC Sport

VI Nations : comment l’Angleterre attaque sa répétition générale

Chris Robshaw et Stuart Lancaster, le capitaine et le sélectionneur de l’Angleterre

Chris Robshaw et Stuart Lancaster, le capitaine et le sélectionneur de l’Angleterre - AFP

A sept mois de la Coupe du monde, l’Angleterre attaque le Tournoi des VI Nations au pays de Galles ce vendredi (21h05). Une compétition que le XV de la Rose doit remporter pour préparer au mieux l’évènement automnal.

Avec un système profitable à la nation

A sept mois du match d’ouverture de la Coupe du monde, face aux Fidji, que l’Angleterre disputera à domicile, ce Tournoi des VI Nations 2015 est l’ultime répétition générale du XV de la Rose. Stuart Lancaster, le sélectionneur de l’Angleterre, peut s’appuyer sur un système profitable à la nation. Il établit, semaine après semaine, un planning ajusté pour ses internationaux dans les clubs et décide qui jouera telle ou telle journée de championnat ou de Coupe d’Europe et qui sera mis au repos. Le but est évidemment de ne pas entamer le potentiel physique ou la fraîcheur des internationaux.

Les adjoints de Lancaster ont même leur mot à dire sur les tactiques, les plans de jeu élaborés par les coachs des clubs à l’orée de chaque saison. Les Anglais ont aussi quatre semaines supplémentaires de stage que les Bleus. Les clubs, eux, restent silencieux. Parce qu’ils sont fiers d’aider l’équipe nationale. Et surtout parce qu’ils reçoivent de très lucratives indemnités de la part de la Fédération anglaise. Stuart Lancaster a même pu pousser le vice jusqu’à demander aux Harlequins de ne plus nommer capitaine Chris Robshaw, afin qu’il puisse se concentrer sur ce rôle-là en sélection.

Avec beaucoup de blessés

Si la Fédération et les clubs mettent tout en œuvre pour la réussite du XV de la Rose, cela n’a pas empêché Stuart Lancaster d’enregistrer de nombreux forfaits avant le début du Tournoi des VI Nations. Ben Foden (genou), Owen Farrell (genou), Ben Morgan (jambe), habituels hommes de base, sont d’ores-et-déjà indisponibles pour toute la durée de la compétition.

Manu Tuilagi (aine) reviendra peut-être en mars, pour les réceptions de l’Ecosse et de la France. Brad Barritt, Courtney Lawes ou encore David Wilson essayeront aussi de prendre le train en marche. Stuart Lancaster a donc dû puiser dans les réserves. Cinq joueurs (Anthony Watson, Joseph, George Ford, Dave Attwood, George Kruis) débuteront ce vendredi dans le Tournoi au pays de Galles (21h05).

Avec le son à fond à l’entraînement

La dernière visite anglaise au Millennium Stadium de Cardiff a été synonyme de record. Mais le XV de la Rose de 2013 s’en serait bien passé. La défaite concédée en terre galloise (30-3) était la plus lourde de l’histoire de l’Angleterre. L’une des explications est que les joueurs ne parvenaient pas à s’entendre dans la chaude ambiance du Millennium. Alors le staff a tout prévu pour ce déplacement.

Pour l’entraînement, cette semaine, des haut-parleurs ont été installés au bord du terrain. Et le son a été mis à fond ! « Je pense que c’est important parce la communication pendant le match est vitale, explique George Ford, le demi d’ouverture du XV de la Rose. Si vous ne pouvez pas entendre vos coéquipiers, ça peut avoir un gros impact. »

Avec la pression

Pour la presse anglaise et l’environnement du XV de la Rose, beaucoup d’efforts ont été faits pour offrir les meilleures conditions possibles à Stuart Lancaster. Or les performances ne sont pas à la hauteur pour l’instant. Les Anglais impressionnent souvent, mais battent rarement les plus grandes nations mondiales. Quatre ans après le dernier succès à l’échelle européenne et à l’approche de la Coupe du monde, ce Tournoi doit donc être une réussite.

« Plus d’excuses, l’Angleterre doit mettre fin à sa série de défaites » écrit ainsi le chef des sports du Telegraph. Stuart Lancaster, qui a le luxe d’avoir prolongé son contrat jusqu’en 2020, n’a pas encore remporté le Tournoi. Il doit avoir dans un coin de sa tête que l’ultime Grand Chelem remonte à 2003, quelques mois avant le triomphe de la bande à Jonny Wilkinson en Coupe du monde. Beaucoup se chargeront sans doute de lui rappeler que c’est la meilleure préparation pour l’évènement automnal.