RMC Sport

XV de France : la neige plus forte que les Bleus

Nicolas Mas et Thierry Dusautoir

Nicolas Mas et Thierry Dusautoir - -

L’entraînement du XV de France a été fortement perturbé ce mardi en raison des fortes chutes de neige tombées sur Marcoussis (Essonne). Si les avants ont travaillé sur un terrain couvert, les trois-quarts ont vu leur programme largement allégé.

En ouvrant les volets de sa chambre ce mardi matin au Centre national du rugby de Marcoussis, Philippe Saint-André a dû se dire que le sort s’acharnait contre lui. Après une nuit où les doutes et les interrogations ont sans doute pris le pas sur le sommeil, le sélectionneur du XV de France a découvert un paysage neigeux. Agréable pour les yeux, beaucoup moins pour l’esprit. A cinq jours du dernier match du Tournoi des VI Nations contre l’Ecosse, ce samedi au Stade de France (21h), l’heure n’est pas à l’amusement.

Avec une dizaine de centimètres de neige sur le terrain d’honneur du CNR, impossible de s’entraîner en extérieur ce mardi matin. Après une séance vidéo qui s’est prolongée, les avants ont pris la direction du terrain synthétique couvert pour travailler les combinaisons en touche et les mauls. « Ça ne facilite pas la mise en place des entraînements qui étaient prévus donc on a dû modifier un peu le planning. Mais on a assez de choses à penser pour ne pas se parasiter avec ça, assure Louis Picamoles, le meilleur tricolore samedi en Irlande (13-13). On a fait une matinée efficace dans le travail. »

Bastareaud : « Ça rajoute un peu de fun à la semaine »

A l’exception de Morgan Parra, qui a participé au travail avec les avants, les trois-quarts sont quant à eux restés bien au chaud. « Ça fait partie du jeu mais c’est clair que ça perturbe un peu la préparation, explique Mathieu Bastareaud. C’est comme ça, ça rajoute un peu de fun à la semaine. Je ne vais pas déblayer le terrain moi-même (rires) ! Il faut s'adapter. On a eu une matinée plutôt calme avec du cardio en salle, de la musculation pour certains. On a meublé la matinée. »

Pas évident donc de préparer le match face au XV du Chardon, capital pour ne pas terminer bon dernier du Tournoi. « Ça chamboule un peu. Mais on a quand même travaillé quelques semaines ensemble », rappelle Frédéric Michalak. Au vu des lacunes affichées lors des quatre premiers matchs, une journée supplémentaire de travail collectif n’aurait cependant pas été superflue.

Alexandre Alain avec Julien Richard