RMC Sport

VI Nations : les tops et les flops de France-Irlande

Maxime Médard

Maxime Médard - AFP

Le XV de France a battu l’Irlande (10-9) pour la première fois depuis 2011, ce samedi lors de la deuxième journée du Tournoi des VI Nations. Longtemps maladroits, les Bleus ont profité des entrées convaincantes de leurs remplaçants pour renverser la vapeur et signer un succès plein d’orgueil.

TOPS

Virimi Vakatawa

Comme face à l’Italie, il a été le trois-quarts français le plus en vue. Propre à la retombée d’une première chandelle (5e), il a aussi tenu son rôle défensivement en arrêtant notamment un surnombre irlandais (14e). Sa première percée (34e) a offert une première situation intéressante aux Bleus. C’est encore lui qui a semé la panique dans la défense (52e) avant de transmettre à Camara, qui a commis un en-avant. Le spécialiste du VII a encore marqué des points ce soir.

Guilhem Guirado

Il faisait partie des trois rescapés qui avaient connu la défaite face à l’Irlande en Coupe du monde. Le capitaine français a livré un bon match dans le combat. C’est lui qui maintient O’Brien au sol pour permettre aux Français d’obtenir une pénalité avant de provoquer la perte de balle d’un Irlandais dans ses 22. Remplacé temporairement sur saignement par Camille Chat (48e), qui s’est tout de suite mis en avant en récupérant un ballon à l’origine d’une belle action française. De retour sur le terrain, Guirado a participé à la grosse domination de la mêlée française en fin de match.

Les entrants ont tout changé

Titulaires face à l’Italie, Eddy Ben Arous et Rabah Slimani avaient subi en mêlée au point d’être placés sur le banc de touche pour la réception de l’Irlande. Une décision qui les a visiblement piqués puisque leur entrée en jeu a coïncidé avec la grosse domination du pack français. Et c’est à la suite d’une succession de mêlées gagnées sous les poteaux irlandais que Maxime Médard a enfin trouvé la faille pour permettre aux Français de prendre l’avantage pour la première fois du match (70e). L’arrière toulousain a d’ailleurs profité d’une belle offrande d’un autre entrant, Maxime Machenaud, qui a réalisé 23 très bonnes minutes après avoir remplacé Sébastien Bézy. Derrière une mêlée qui avance, c’est aussi plus facile.

FLOPS

Le jeu au pied

Dans une rencontre pluvieuse, le jeu au pied est un atout de poids. Et dans ce secteur, les Bleus n’ont pas vraiment pesé. Sébastien Bézy, Jules Plisson ou Maxime Médard n’ont jamais réussi à bien dégager leur camp. Jules Plisson a vécu une soirée compliquée dans ce secteur avec un coup de pied dévissé dans ses propres 22. En charge de buter après les problèmes d’adresse de Bézy face à l’Italie, le joueur du Stade Français a rendu une copie contrastée (5 points, 2/4 dont un drop manqué) avec notamment un coup de pied d’occupation trop long (45e). A son crédit, une bonne percée (63e) interceptée par un Irlandais.

Trop de déchet

La pluie n’a pas favorisé le jeu de passes et cela s’est particulièrement ressenti du côté français. Dominés, les Bleus ont gâché toutes les occasions quand ils ont voulu ressortir en jouant à la main. Lauret (33e), Camara (trois en-avants en 10 minutes) ou Danty (60e), entre autres, ont relâché le ballon ou l’ont mal transmis alors que les Français avaient de bons coups à jouer. Des erreurs qui ont haché le jeu des hommes de Guy Novès qui avaient déjà des difficultés à trouver de la profondeur.

Des erreurs qui coûtent cher

Solides en défense, les Bleus ont longtemps couru derrière le score à cause d’une accumulation de petites erreurs qui ont suffi à Jonathan Sexton (3/3 aux tirs) et à l’Irlande pour prendre les devants. Yoann Maestri a concédé une pénalité bêtement en chargeant Sexton, très loin du jeu mais sous les yeux de l’arbitre. Une faute de Chouly dans un ruck a aussi permis au XV du Trèfle de trouver une bonne touche (18e) avant qu’une erreur d’Atonio en mêlée juste avant la pause a aussi permis à Sexton de creuser un petit écart avant la pause (3-9), 38e).

NC