RMC Sport

XV de France: ce qui va changer dans la préparation

Depuis ce samedi, le XV de France entame, à Marcoussis, la dernière phase de sa préparation pour la Coupe du monde (18 septembre – 31 octobre). Un stage durant lequel les axes de travail physique vont un peu évoluer.

Le XV de France entame la dernière ligne droite de sa préparation pour la Coupe du monde, qui aura lieu du 18 septembre au 31 octobre en Angleterre. A moins d’un mois du grand rendez-vous, les Tricolores changent de braquet afin d’arriver au top de leur forme pour leur entrée en lice face à l’Italie, le 19 septembre à Londres. « C’est simple, on a demandé à Julien (Deloire, le responsable de la préparation physique, ndlr) que notre pic arrive le 19 septembre jusqu’au 31 octobre, explique Philippe Saint-André. Ce qui est important pour nous, c’est de rester déjà dans notre logique de préparation, continuer à travailler, continuer à progresser par rapport à ce qu’on voit aux entraînements et par rapport aux deux premiers matchs. Et puis bien sûr, pour nous, le premier match contre l’Italie est important. »

Ce fameux « pic de forme » prévu pour le 19 septembre, Julien Deloire ne veut pourtant pas en entendre parler. « C’est un terme que je n’aime absolument pas et encore moins d’un point de vue du sport collectif. Pour avoir échangé avec certains entraîneurs qui sont en ce moment à Pékin et qui préparent des athlètes (aux championnats du monde), parfois quatre ans à l’avance, c’est un terme qui est complètement obsolète. Alors dans une notion collective, on en est bien loin. Je crois qu’on recherche plus une dynamique collective, avoir un état de fraîcheur collectif pour aborder la période de compétition. »

Priorité à la vitesse et à l’explosivité

« La notion de pic de forme, pour moi, ce serait une vaste escroquerie que d’en parler au niveau purement rugby, poursuit Deloire. Mais par contre bien entendu que ce qu’on recherche, c’est d’être au maximum de notre potentiel collectivement et que chacun, au service du collectif, soit au maximum de son potentiel pour l’entrée dans la compétition. »

Après plusieurs semaines passées à Marcoussis ainsi que deux stages à Tignes et Falgos, les Bleus seront en stage au Centre National du rugby jusqu’au 6 septembre. Avec un petit changement de « thème ». « Tout le registre de la vitesse, de l’explosivité, c’est ce qui se marie le mieux avec l’approche de la compétition, avec le travail réalisé sur le terrain, explique Deloire. Donc on va aller de plus en plus sur le travail de ces qualités-là et c’est vrai qu’on avait surtout souhaité mettre l’accent, à la demande du staff, que ce soit sur la première période mais même encore sur la seconde, sur les aspects liés aux déplacements et pour l’instant c’est un terme un peu général, sur l’endurance. »

la rédaction avec LD