RMC Sport

XV de France - Trinh-Duc : "J'étais dans un état de choc"

Deux jours après son éviction du groupe France pour la Coupe du monde, François Trinh-Duc était de retour ce mardi à l'entraînement. L'ouvreur de Montpellier s'est exprimé pour la première fois sur sa non-sélection pour le Mondial. Il avoue avoir été très touché, mais se projette déjà vers de nouveaux challenges.

Comment vous sentez-vous deux jours après l'annonce de votre éviction du groupe France pour la Coupe du monde ? 

C'est une vraie déception pour moi de ne pas être sélectionné. J'ai fait beaucoup d'efforts pour accrocher le bon wagon. On savait qu'il y avait ce couperet. L'aventure est terminée, c'est dur. Mais il faut passer à autre chose. J'ai retrouvé ma famille et mes proches, ça m'a fait du bien. J'ai aussi la chance d'avoir retrouvé mon club. C'est un nouveau challenge qui débute. J'avais besoin de ça. Physiquement, je me sens bien, je suis en grande forme. Je suis disponible pour mon club. Il y a une belle saison à vivre. 

Avez-vous senti venir cette non sélection ? 

On le sent toujours. Je savais qu'un dix allait partir. J'avais des doutes. 

Quelles ont été les explications de Philippe Saint-André ? 

Il a choisi trois buteurs numéro 1. C'est son explication. Je n'ai pas posé de question car j'étais dans un état de choc. Je n'ai pas pris la parole, j'ai écouté. J'ai accepté la décision. C'était l'unique décision. J'entends parler de pleins d'explications, certaines loufoques mais lui, c'est la seule qu'il m'a donnée. C'est dur à entendre, mais je vais poursuivre ma carrière et continuer à me battre. Et si il y a besoin de moi, je serai au service des Bleus. 

Est-ce rageant alors que vous avez beaucoup travaillé votre jeu au pied ? 

Oui. J'étais content de me retrouver à un certain niveau. C'est son choix. Il est là pour être champion du monde et pas pour faire du social. 

Avez-vous l'impression d'avoir pu défendre vos chances normalement ?

Je ne sais pas. En tout cas, j'ai tout donné. J'ai toujours été à 100% pendant la préparation. Je n'ai pas de regrets. J'ai essayé de me rendre disponible, d'échanger, de donner mes idées, peut-être trop... Je ne sais pas si j'aurais pu en faire plus. 

Trinh-Duc : "Je crois encore au Mondial" 

Pourquoi avoir choisi de revenir si vite à l'entraînement avec Montpellier ?

Je tourne la page. Il y a des choses plus grave. Je prends une claque, mais c'est la vie. J'accepte les mauvais côté du sport de haut niveau. Je reviens sur la pointe des pieds ici. Et je reviens comme un simple joueur car je respecte les joueurs qui en ont bavé pendant les matches amicaux avec le MHR. 

Vous pourriez jouer premier centre...

Je ne suis pas fermé sur la question. Jake White aimerait que je dépanne durant la saison. Oui, ça peut être un nouveau challenge. Pourquoi pas, on verra. 

Prêt à jouer samedi ? 

Physiquement, oui ! Mentalement aussi après deux jours difficile, mais ce sera le choix de l'entraîneur. 

Croyez-vous encore au Mondial ? 

Oui car c'est arrivé. Il y a des blessures et certains joueurs sont champion du monde alors qu'il ne devait pas jouer. Je vais suivre l'équipe de France. J'ai créé des liens d'amitiés. Je serai proche d'eux. Et si je peux réintégrer le groupe, je serai bien sûr disponible. 

Beaucoup de supporters ont manifesté leur incompréhension sur votre non-sélection, ça fait chaud au coeur ? 

Oui, ça fait plaisir. On se sent moins seul quand on est soutenu. 

JL à Montpellier