RMC Sport

XV de France : la soufflante de Saint-André

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Assommés au pays de Galles, lors de la troisième journée du Tournoi des VI nations, les joueurs du XV de France ont retrouvé Philippe Saint-André dimanche. L’occasion pour le sélectionneur de manifester son irritation. Sans ménagement.

Ils n’avaient rien perdu pour attendre. Balayés 27-6 par le pays de Galles, le 21 février lors de la troisième journée du Tournoi des VI nations, les Bleus avaient rejoint leurs clubs respectifs dès le lendemain, sans avoir pu s’enquérir des conclusions de Philippe Saint-André. Ce dimanche, lors du rassemblement du XV de France à Marcoussis, avant le déplacement en Ecosse (samedi prochain), le sélectionneur n’a pas répudié sa colère. Si l’aspect technique est passé à l’as, les attitudes, elles, ont été passées au crible lors d’une séance vidéo musclée.

Une causerie retentissante qui n’a pas étonné le groupe conscient de ses lacunes, à l’image du centre Maxime Mermoz : « Le discours a été musclé. Le coach avait quelques vérités à nous dire, c’est logique au vu du match. » En écho, le trois-quart aile Yoann Huget juge le sermon tout aussi cohérent : « Compte tenu de ce que l’on a produit au pays de Galles, c’était normal de faire un débrief assez musclé pour nous remettre les pendules à l’heure et aller en Ecosse avec d’autres intentions. »

Plisson : « Un bon coup derrière la tête »

L’ensemble du groupe en a ainsi pris pour son grade et le demi d’ouverture Jules Plisson n’a pas été en reste : « Quelques joueurs ont été ciblés, moi le premier. Ils m’ont reproché d’avoir levé les bras. Ils pensaient que je critiquais les décisions de l’arbitre. C’était plus de l’agacement vis-à-vis des partenaires qui enchainaient les fautes. Cette vidéo a été rude. C’était un discours musclé. C’est la première vidéo où ça a été vraiment dur. Ça n’a fait que gueuler pendant 30 minutes. Moi ça m’a mis un bon coup derrière la tête. »

Ce lundi après-midi, la bande de Pascal Papé s’était vue programmer une salve d’entretiens individuels. L’occasion pour les Bleus de s’expliquer ou bien d’essuyer une seconde couche de leurs trois maitres d’œuvre, Saint-André, Lagisquet et Bru. Jamais la reprise de l’entrainement n’a été aussi attendue à Marcoussis…

A lire aussi :

>> Saint-André : « Une faillite de certains joueurs »

>> Chabal : « Faisons comme les Gallois »

>> Boudjellal : « Il faut que Saint-André se remette en question »

Jérémy Bilinski avec LD et à Marcoussis